Club du Lundi

Jean-Pierre Masseret passe à table

Le 18 février dernier, le Club du Lundi faisait, enfin, sa rentrée au restaurant de la Ferme Sainte Geneviève à Dommartemont, après le rendez-vous manqué du mois dernier avec Michel Dinet, président du Conseil général de Meurthe-et-Moselle. C’est Jean-Pierre Masseret, un autre président, celui de la Région Lorraine, qui était l’invité d’honneur du premier repas-débat de l’année. Lequel a régalé les convives avec des réponses sans détour et un discours loin d’être fade !


» Publié dans le numéro 1581 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Jean-Pierre Masseret, président de la Région Lorraine était l’invité d’honneur, le 18 février dernier, du premier «Club du Lundi» de l’année.

Jean-Pierre Masseret, président de la Région Lorraine était l’invité d’honneur, le 18 février dernier, du premier «Club du Lundi» de l’année.

Mieux vaut tard que jamais ! C’est avec un mois de retard que le «Club du Lundi», un club d’affaires, apolitique et convivial piloté par Alain Hénin, président d’Acoris Mutuelles, a fait sa rentrée. C’est le 18 février dernier que ses membres se sont réunis au restaurant de la Ferme Sainte Geneviève à Dommartemont, pour leur traditionnel repas-débat. L’invité d’honneur, Jean-Pierre Masseret, président de la Région Lorraine, était bel et bien au rendez-vous, «fidèle parmi les fidèles du club», comme n’a pas manqué de le souligner Alain Hénin. Le Club qui, en ce début d’année accueillait vingt nouveaux membres à sa table. Les convives étaient venus nombreux pour écouter le président de la Région à l’heure où de nombreux dossiers, ArcelorMittal, Terra Lorraines, Skylander…, occupent le devant de la scène, tant au niveau local que national. Un président, qui après un état des lieux de la situation économique en Lorraine dit que «par le passé des combats ont été perdus, et malgré tout il faut laisser place à : l’initiative, la créativité, la prise de risque. Il faut changer l’image de la Lorraine, accompagner les initiatives». Il n’a éludé aucune question, prenant le temps de répondre à chacun, en oubliant même de se restaurer.

Investissement et unité

Le projet «Terra Lorraine» ? «Ce projet d’installation de 2 000 entreprises chinoises, qui potentiellement peut créer de 3 000 à 30 000 emplois est séduisant sur le papier. Mais les permis de construire ne sont pas encore signés. De nombreuses inconnues demeurent : quelles seront les répercussions sur l’économie lorraine ?» Une économie lorraine en souffrance, «vu le contexte économique, nous sommes dans l’incertitude, il en est de même pour le budget de la Région, que nous venons de voter, faute de visibilité, nous avons dû suspendre les investissements immobiliers sur les lycées, sauf bien sûr concernant les mises aux normes de sécurité». Et qu’en est-il de Skylander ? Dossier porté par la Région, «ce dossier n’existe que par la puissance de la force publique mais la gestion est complexe. Nous avons actuellement trois investisseurs potentiels, deux Chinois et un Russe. La messe n’est pas dite !» Puis vient l’incontournable question concernant la gare de Louvigny, qualifiée «d’absurdité» par la Cour des Comptes, «laquelle parle de la rentabilité de la ligne, un concept qui n’existe pas à la SNCF. Je ne supporte pas le manque de parole des signataires de l’engagement. Mais on peut réparer l’erreur. Les Lorrains ne doivent pas vivre avec cette absurdité!» Jean-Pierre Masseret, dont c’est le deuxième mandat, «le premier a été pour inscrire la région dans la vie politique avec, notamment, un milliard d’euros d’investissement dans le ferroviaire et le second pour construire l’unité», est resté fidèle à sa devise, «Responsabilité, Humilité et Éthique». Un homme qui ne mâche pas ses mots !