Immobilier

Le «paquebot» nancéien tient la barre

En septembre 2014, le fameux «paquebot» nancéien du chantier de l’Île de Corse sera livré avec quelque 5 400 m² de bureaux. 80 % de la surface ont déjà trouvé preneur à en croire le commercialisateur. Près de la moitié est destinée au nouveau siège du bâtisseur lorrain Pertuy Construction.


» Publié dans le numéro 1632 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Le fameux «paquebot» de l’Île de Corse sera livré en septembre 2014. La quasi-totalité de l’immeuble est aujourd’hui commercialisée.

Le fameux «paquebot» de l’Île de Corse sera livré en septembre 2014. La quasi-totalité de l’immeuble est aujourd’hui commercialisée.

Un bâtiment tertiaire quasiment plein un an auparavant avant même d’avoir fini de sortir de terre… c’est rare en ces temps conjoncturels délicats pour la Pierre entrepreneuriale. Le «paquebot» nancéien du chantier de l’Île de Corse (surnom donné du fait de sa forme de navire et de ses 650 hublots) navigue lui plutôt sereinement sur cette mer immobilière agitée. «80 % des 5 400 m² de bureaux sont déjà alloués», assure François Suty, directeur du commercialisateur Acte CBRE à Nancy à l’occasion d’une visite de chantier fin novembre. Un beau remplissage assez logique vu que près de 45 % du bâtiment seront pris par le capitaine-constructeur de l’opération en l’occurrence Pertuy Construction. Un gros cabinet d’audit, un important groupe mutualiste nancéien, un major dans le domaine de l’énergie seront également présents. Le tout pour la modique somme de 180 euros HT le m² à l’année en location.

Nouveau poumon tertiaire

Au plus fort de l’activité, le chantier devrait tourner avec plus de 150 personnes.

Au plus fort de l’activité, le chantier devrait tourner avec plus de 150 personnes.

Un bon prix selon le commercialisateur en dessous de ce que devraient être les loyers dans le futur quartier Nancy Grand Coeur (des loyers annoncés de l’ordre de 190 euros HT le m²). Du côté de la dizaine de cellules commerciales programmées au rez-de-chaussée du «paquebot» le long de l’avenue du XXe corps, les tarifs afficheront les 220 euros HT le m² mais la situation est jugée plus qu’idéale. Ce nouveau poumon tertiaire nancéien s’inscrit dans un projet global de quelque 28 000 m² comprenant un bastion de logements (53 en locatif social. 42 en locatif traditionnel et 167 logement en accession à la propriété. Le tout réparti dans sept bâtiments et une résidence de tourisme trois étoiles de 110 chambres pour le groupe Pierre et Vacances. Un nouveau trait d’union immobilier dans la cité ducale en plein chantier aujourd’hui.