Actualités

La Russie, une terre de développement pour les entreprises lorraines. Reste à démystifier l’image du pays, c’est l’une des missions opérées par l’Observatoire franco- russe à l’occasion d’une rencontre à la CCI 54 à Nancy.


» Publié dans le numéro 1642 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

3 questions à Arnaud Dubien Directeur de l’Observatoire franco-russe

1. Quel est le comportement des entreprises régionales avec leurs voisins russes ?
Arnaud Dubien :
Bon nombre d’entreprises lorraines exportent déjà vers la Russie et certaines y sont même implantées. En Lorraine, il existe un bon terreau propice aux relations entre les deux pays mais il faut encore travailler pour effacer l’image stéréotypée que véhicule la Russie.

2. Cette image est-elle le principal frein aujourd’hui ?
AD :
Aucun marché n’est facile. La Russie n’est pas parfaite mais il y a un intérêt économique d’y être. L’une de nos missions est d’essayer d’expliquer les choses calmement aussi bien aux chefs d’entreprise, qu’aux politiques mais également à tous les citoyens.

3. Comment avez-vous perçu les dirigeants des PME présents à la rencontre de la CCI 54 ?
AD :
Stéréotypés ! Bizarrement, il n’y a pas eu foule de questions après les interventions. La grande majorité des dirigeants de PME étaient là pour écouter et apprendre et se nourrir de l’expérience des autres entreprises qui ont déjà abattu la carte russe avec succès.

Automobile

Muses inaugure à Nompatelize

Le constructeur Muses inaugure ses lignes de production le 27 février sur le site vosgien de Faurecia.

Le constructeur Muses inaugure ses lignes de production le 27 février sur le site vosgien de Faurecia.

Muses, le concepteur francilien de véhicules de livraison urbaine à motorisation électrique annonce l’inauguration de son site de production chez Faurecia à Nompatelize le 27 février. Mooville, c’est le nom du premier véhicule électrique du constructeur francilien Muses. C’est sur le site vosgien de Faurecia à Nompatelize que ce véhicule de livraison urbaine à motorisation électrique sera produit. L’inauguration officielle des lignes de production est annoncée pour le jeudi 27 février. Histoire de rebondir face à la crise du secteur la société Muses, créée en 2009 par les adhérents du Réseau automobile du Val-d’Oise/Yvelines, décide de se lancer sur ce marché jugé de niche des véhicules électriques pour les livraisons urbaines. «Le transport et la logistique sont aujourd’hui sous pression et leur modèle est en train de se transformer», assure Patrick Souhait l’un des fondateurs de Muses. «Les actions vont s’orienter sur le dernier kilomètre, secteur sensible sur lequel se concentrent toutes les tensions. Les véhicules «verts» ont là un rôle prépondérant à tenir». Mooville s’inscrit dans cette philosophie.

Numérique

La 3D démocratisée…

Le prototypage en 3D accessible à toutes les entreprises ! C’est l’un des objectifs de Facto 3D.

Le prototypage en 3D accessible à toutes les entreprises ! C’est l’un des objectifs de Facto 3D.

La société nancéienne Facto 3D, pilotée par Didier Remoussenard, abat la carte de la 3D pour en faire un atout pour les entreprises… toutes les entreprises. Démocratiser le prototypage au plus grand nombre de TPE. C’est sur cette vague que surfe Didier Remoussenard, le créateur de Facto 3D. «La 3D existe depuis vingt-cinq ans. Aujourd’hui avec les matériels présents sur le marché, elle peut être accessible pour les TPE». Réalisation de prototypes ou encore formation, sa petite entreprise n’en est qu’à ses balbutiements. «Les entreprises n’ont pas encore perçu l’intérêt de la 3D. Aujourd’hui ce sont des machines de prototypage, demain ces outils révolutionneront les méthodes de production». Un autre monde est en marche, reste à le faire comprendre.