Produits du terroir

Après avoir misé sur une nouvelle offre de «drive» fin novembre, Vincent Ferry, le patron de Clair de Lorraine a décidé d’ouvrir une boutique à Forbach. Les travaux ont déjà débuté avec l’objectif d’inaugurer cette cellule commerciale en mai prochain.


» Publié dans le numéro 1643 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Clair de Lorraine se renforce

Passer une commande sur le site Internet puis aller chercher son colis dans une des boutiques du réseau ? C’est la nouvelle offre proposée par Vincent Ferry, le patron de Clair de Lorraine.

Passer une commande sur le site Internet puis aller chercher son colis dans une des boutiques du réseau ? C’est la nouvelle offre proposée par Vincent Ferry, le patron de Clair de Lorraine.

Face à une conjoncture difficile, Vincent Ferry ne change pas de formule. Pour poursuivre le développement de Clair de Lorraine, il adopte toujours la même attitude : avoir des projets, les étudier de près puis les concrétiser. Ce positionnement sourit d’ailleurs à ce chef d’entreprise, qui annonce une progression de 5 % de son chiffre d’affaires au 30 juin 2013. «On a réussi à atteindre 11 millions d’euros » même s’il précise «souffrir comme tout le monde de la crise». Alors quand un problème surgit, il lui faut trouver rapidement une solution. Avec les produits du terroir, le poids des colis peut être un frein lors de la livraison, compte tenu des frais de port. Pour ne pas perdre de clients et être toujours plus efficace, l’idée du drive est donc née avec l’ambition de répondre aux nouveaux modes d’achat des consommateurs. Si Clair de Lorraine a été la première entreprise à mettre en ligne un portail de vente de produits du terroir, il y a une quinzaine d’années, naturellement, le concept du drive s’est instauré, s’appuyant sur le succès des grandes surfaces. Désormais, le client peut, soit se faire livrer à domicile, soit aller chercher son colis dans une des boutiques du réseau en Lorraine, en Alsace ou à Paris. Lancé sans publicité fin novembre, le drive a été boosté par les ventes des paniers cadeaux de fin d’année. Ne manquant pas d’idée, Vincent Ferry explique qu’il est possible de passer une commande (depuis son Smartphone ou son ordinateur portable) quand on est assis dans le TGV puis de récupérer ses achats à la sortie du train, dans la boutique-vitrine implantée au coeur de la gare de l’Est. 14ème boutique physique Non content de ce succès, une boutique éphémère avait été ouverte fin novembre à Forbach, dans une des galeries marchandes, qui comptait une cellule vide. Si en Moselle, Clair de Lorraine avait déjà trois relais à Moulins- Lès-Metz, Semécourt et Thionville, il y avait clairement un manque dans l’Est du département, voisin de l’Allemagne. Ce ne sera prochainement plus le cas. Depuis le mois de janvier, les travaux ont démarré et devraient se terminer en mai prochain, date prévisionnelle de l’inauguration de cette 14ème boutique. Trois nouvelles recrues, toutes bilingues, vont rejoindre l’effectif de la société, qui dépasse les 70 salariés. À l’heure où ce projet est quasiment abouti, un autre est actuellement dans les cartons avec la création d’une quinzième boutique, en Alsace à Mundolsheim. Car après la Lorraine, Vincent Ferry a jeté son dévolu depuis deux ans sur l’Alsace voisine. Dans ce département, il procède par étape en précisant qu’il faut prendre son temps pour être reconnu. Partisan des produits du terroir, il rappelle que la Lorraine et les artisans savent se renouveler comme le prouvent les nouvelles références qu’il propose avec le chinois à base de pulpe de mirabelle, la crème de pistache ou encore les financiers réalisés en Meuse ; autant de délices fabriqués et transformés dans la région… et donc d’emplois non délocalisables.