«Bar-le-Duc, comme vous ne l’avez jamais vu»

La ville de Bar-le-Duc a décidé de dynamiser sa communication en commandant au réalisateur lorrain Guillaume Ramon une série de cinq web-documentaires avec l’objectif de mettre en lumière le patrimoine de la Cité des Ducs. Deux numéros sont actuellement en ligne sur le site Internet de la ville et les réseaux sociaux. Faire découvrir ou […]


» Publié dans le numéro 1772 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Le second numéro de la série «Bar-le-Duc, comme vous ne l’avez jamais vu» est en ligne depuis la mi-juillet.

La ville de Bar-le-Duc a décidé de dynamiser sa communication en commandant au réalisateur lorrain Guillaume Ramon une série de cinq web-documentaires avec l’objectif de mettre en lumière le patrimoine de la Cité des Ducs. Deux numéros sont actuellement en ligne sur le site Internet de la ville et les réseaux sociaux.

Faire découvrir ou redécouvrir la ville de Bar-le-Duc avec pour chaque numéro un rappel historique, des vues aériennes et la découverte d’accès habituellement fermés au grand public. Pour y parvenir, Guillaume Ramon a reçu carte blanche de la ville cheflieu de département de la Meuse. Les tournages ont démarré en mai et devraient se poursuivre jusqu’à la fin de l’année. Après le quartier sauvegardé de la ville d’art et d’histoire, avec la Tour de l’horloge et le musée, ce sera au tour de la ville basse d’être mise à l’honneur avec le secteur Bar-la-Ville et plus précisément le Pont Notre-Dame et son quartier, totalement rénové en 2011. Chaque web-documentaire est réalisé au format CinemaScope avec du matériel utilisé habituellement pour la production cinématographique. Des plans aériens sont également tournés à l’aide d’un drone. La projection fin juin du premier numéro de cette série baptisée «Bar-leDuc, comme vous ne l’avez jamais vu» s’annonçait comme une promesse. Des Barisiens sont donc
venus en nombre pour découvrir leur ville, projetée sur grand écran, au cinéma. Et ils n’ont pas été déçus. D’ailleurs depuis, les vues des deux premiers numéros sur les réseaux sociaux se sont multipliées, preuve que le concept plaît et que l’enthousiasme est au rendez-vous. Raconter une histoire L’objectif de cette campagne de communication innovante est évidemment de révéler les valeurs du patrimoine, mais pas seulement. Cette série vise à démontrer aux Barisiens que leur ville est belle et qu’elle n’a pas à rougir face aux autres cités voisines. En redonnant un sentiment de fierté aux habitants, devenus de vrais ambassadeurs, l’idée est de donner envie aux touristes de venir découvrir la Cité des Ducs. C’est avec enthousiasme et responsabilité que Guillaume Ramon, photographe chevronné depuis vingt ans, qui s’est mis à la vidéo en 2011, a relevé le défi : livrer de belles images mais également raconter une histoire, basée sur des anecdotes avec toujours la même ambition : «mettre l’humain au cœur des reportages». Pour le premier documentaire, le grand public a découvert un agent de la ville qui se charge de l’entretien de la Tour de l’horloge et plus précisément du cadran qui culmine à son sommet. Pour le second, c’est la responsable du musée qui dévoilait des pièces uniques stockées actuellement dans les archives du musée… le tout agrémenté de données historiques contées par Franck Mourot, en charge du patrimoine à la ville de Bar-le-Duc. En août, le troisième tournage est d’ores et déjà programmé en ville basse avec le quartier Bar-la-Ville, puis ce sera au tour de l’église SaintÉtienne. Pour les deux derniers numéros, la municipalité barisienne a directement demandé, via les réseaux sociaux, aux habitants de proposer deux sites, qui devraient être révélés dès la rentrée… En septembre, les habitants seront à nouveau invités à venir découvrir de nouvelles images inédites au cinéma. Et à la fin de l’année, Guillaume Ramon devrait livrer un documentaire de 52 minutes compilant les cinq web-documentaires auxquels viendront s’ajouter des images et des commentaires inédits. Un beau cadeau de Noël, en perspective, pour les amoureux du patrimoine.
A.M.