BE EST – SRDEII Concertation, présentation, actions…

SRDEII pour Schéma Régional de Développement Economique, d’Innovation et d’Internationalisation. Après une concertation de près d’un an, jugée comme sans précédent par l’exécutif régional, il a été présenté le 23 mai dernier au sein de l’entreprise Leach International Europe à Sarralbe sous le nom de code fédérateur : Be Est. «La copie est cohérente et […]


» Publié dans le numéro 1814 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Be Est, la feuille de route du développement économique du Grand Est vient d’être présentée le 23 mai dernier.

SRDEII pour Schéma Régional de Développement Economique, d’Innovation et d’Internationalisation. Après une concertation de près d’un an, jugée comme sans précédent par l’exécutif régional, il a été présenté le 23 mai dernier au sein de l’entreprise Leach International Europe à Sarralbe sous le nom de code fédérateur : Be Est.

«La copie est cohérente et sa mise en pratique s’effectuera comme son élaboration en toute concertation.» Dixit Jean Rottner, le maire de Mulhouse et vice-président en charge de la Compétitivité des territoires et du Numérique au Conseil régional Grand Est pour définir le fameux SRDEII. L’élu alsacien a mené (avec d’autres de ses collègues) une concertation jugée sans précédent auprès de plus de mille acteurs économiques, entreprises, institutionnels et citoyens pour élaborer ce schéma. Cette véritable feuille de route a été officiellement présentée le 23 mai dernier au sein de l’entreprise Leach International Europe à Sarralbe. «L’élaboration de ce schéma a permis de construire collectivement l’avenir du développement économique du Grand Est, de fédérer l’ensemble des acteurs et se doter d’un plan d’actions coordonné et ambitieux.»

Six axes principaux

Six axes principaux ressortent de ce schéma : accélérer l’innovation et les transitions économiques en faisant notamment de la transition numérique un levier de compétitivité, créer un choc du financement de l’économie avec la création d’une offre de fonds pour redonner les moyens de croissance aux entreprises en sous-capitalisation, impulser un souffle d’entrepreneuriat et d’innovation en créant par exemple un écosystème favorable en matière de recherche, démultiplier l’action régionale à l’international, organiser la puissance publique en réseau au plus près des territoires en s’appuyant sur le réseau des agences de développement économique et inventer une gouvernance économique partagée. Il n’y a plus qu’à !