Un voyage tout en musique

SEHOR

ELLE S’APPELLE JULIE MICHELS, ELLE EST ENTREPRENEUSE DANS L’ÂME ET ELLE VIENT DE CRÉER SEHOR, UN PROJET ITINÉRANT QUI VA PARCOURIR LES QUATRE COINS DE L’HEXAGONE POUR METTRE À LA DISPOSITION DE LA POPULATION DES INSTRUMENTS DE MUSIQUE GRATUITEMENT.   Elle s’appelle Julie Michels, elle est entrepreneuse dans l’âme et elle vient de créer SEHOR, un projet […]


» Publié dans le numéro 1822 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

ELLE S’APPELLE JULIE MICHELS, ELLE EST ENTREPRENEUSE DANS L’ÂME ET ELLE VIENT DE CRÉER SEHOR, UN PROJET ITINÉRANT QUI VA PARCOURIR LES QUATRE COINS DE L’HEXAGONE POUR METTRE À LA DISPOSITION DE LA POPULATION DES INSTRUMENTS DE MUSIQUE GRATUITEMENT.

 

Elle s’appelle Julie Michels, elle est entrepreneuse dans l’âme et elle vient de créer SEHOR, un projet itinérant qui va parcourir les quatre coins de l’Hexagone pour mettre à la disposition de la population des instruments de musique gratuitement.

« SEHOR est le nom de mon univers » nous confie la jeune gérante. « J’ai fait le tour de la France pendant cinq mois à pied, et en revenant, j’ai retranscrit ce voyage sur une autre planète que j’ai appelé SEHOR » poursuit-elle. A travers son entreprise, Julie Michels veut faire voyager ses visiteurs dans un monde de musique comme chantait Claude François.

SEHOR va commercialiser ses prestations directement aux institutions tels les mairies, les maisons de retraite, les accueils collectifs de mineurs ou les organisateurs de festival. La population pourra alors bénéficier des forfaits animés de la société gratuitement.

Toujours plus de proximité

L’idée a commencé à germer dans l’esprit de Julie Michels fin octobre 2016. Elle s’est alors dirigée vers le Pôle Entrepreneuriat Etudiant de Lorraine (PEEL) qui l’a accompagné dans la concrétisation de son projet. « J’ai été bien prise en charge autant par le PEEL que par la Région du Grand Est » nous confirme-t-elle. Reconnue pour son engagement associatif et solidaire comme en témoigne son passé, la fondatrice de SEHOR croit fermement que l’itinérance est un excellent moyen pour atteindre des cibles insoupçonnées et offrir un service de proximité qui favorise l’échange et l’interaction. « D’ici quelques années, j’espère créer une coopérative de l’itinérance et pourquoi pas une communauté à travers toute la France qui permettra de fédérer les efforts et de mieux gérer les projets » Conclut-elle.