Concept Store Tous au Placard

À Nancy décidément, les Concept Stores poussent comme des champignons ! Le petit dernier, le placard, a un début d’existence particulier voire agité. Ouvert il y a quatre mois rue des quatre églises, la boutique a déjà fait ses valises pour un autre local rue d’Amerval. Marine, la créatrice du magasin, n’a pas l’intention de s’endormir […]


» Publié dans le numéro 1830 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

À Nancy décidément, les Concept Stores poussent comme des champignons ! Le petit dernier, le placard, a un début d’existence particulier voire agité. Ouvert il y a quatre mois rue des quatre églises, la boutique a déjà fait ses valises pour un autre local rue d’Amerval. Marine, la créatrice du magasin, n’a pas l’intention de s’endormir sur ses lauriers. Elle compte bien faire rêver les nancéiennes en les habillant jusqu’au bout des ongles.

C’est le tout dernier concept store du centre-ville de Nancy. Le Placard, créé à la fin de l’hiver par Marine Houari, a refait parler de lui juste avant l’été. Quatre mois après son ouverture rue des Quatre Églises, la boutique a en effet été transférée dans un local un peu plus grand, à l’angle des rues d’Amerval et Gustave Simon. «Tout s’est fait rapidement. Je n’avais pas prévu de déménager aussi vite mais j’ai vu que le local se libérait. Alors j’ai saisi l’opportunité», explique Marine.

Un placard dans une boîte à chaussures

À 28 ans, cette jolie brune au regard pétillant s’est lancée un véritable défi. Rien ne la pré- destinait à devenir commerçante. Infirmière pendant quelques années, elle a voulu rompre avec un quotidien fait de stress et de tensions. Passionnée de mode depuis son plus jeune âge, elle s’est alors décidée à ouvrir sa propre boutique. Le magasin de la rue d’Amerval ressemble, à s’y méprendre, à celui de la rue des Quatre Églises. «J’ai voulu garder le même esprit car c’est celui que j’ai souhaité insuffler depuis le début» raconte Marine. «Je voulais que mes clientes se sentent bien. Qu’elles se sentent ici, comme à la maison» ajoute la jeune femme.

«Je vous ai apporté des bonbons»

Pour ses débuts, elle a pu tester son concept dans trente mètres carrés. Aujourd’hui, elle apprécie d’en avoir vingt de plus. Rue d’Amerval, elle prend ses aises. La boutique est chaleureuse grâce à des teintes claires, des fauteuils pour se poser mais aussi de quoi se sustenter avec, à l’entrée, un espace café et bonbons. Les vêtements sont eux disposés ici et là, sur quelques portants, simplement fixés. «J’en ai peu car je n’ai pas de stock. Je ne dispose que d’une taille par modèle. En revanche je renouvelle très souvent la gamme», explique la jeune commerçante. Marine n’a pas une clientèle type. «Je m’adresse à la femme dans sa globalité. Je rêve même de pouvoir habiller les rondes mais je n’ai pas encore trouvé la marque qui me fournira des vêtements sympas à des prix intéressants», regrette-t-elle. Fidèle au concept, Le Placard propose des sacs, des montres, des chaussures, des bijoux et même une manucure ! Le premier étage a en effet des airs de boudoir avec un canapé cosy et un bar à ongles où il fait bon se poser loin des bruits de la ville.

Un rayon homme dans le placard

Si les clientes sont reines, le roi n’est pas loin. Le Placard s’est doté depuis peu d’un rayon homme. Il est certes un peu petit mais il est suffisamment grand pour occuper Monsieur pendant que Madame fait ses achats. D’autres nouveautés pourraient voir le jour rapidement. Pour les découvrir, n’hésitez pas à pousser la porte du Placard.