Bâtiment La reprise, oui et beaucoup de mais…

09Jacques Chanut, le président national de la FFB (Fédération française du Bâtiment) était présent le 2 octobre dernier à l’occasion de l’assemblée générale de la Fédération du Bâtiment et des Travaux Publics de Meurthe-et-Moselle à Nancy. Si la reprise dans le secteur semble se confirmer au niveau national, les situations sont disparates selon les territoires. […]


» Publié dans le numéro par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

09Jacques Chanut, le président national de la FFB (Fédération française du Bâtiment) était présent le 2 octobre dernier à l’occasion de l’assemblée générale de la Fédération du Bâtiment et des Travaux Publics de Meurthe-et-Moselle à Nancy. Si la reprise dans le secteur semble se confirmer au niveau national, les situations sont disparates selon les territoires. En Meurthe-et-Moselle, c’est loin d’être la panacée. Les dernières annonces gouvernementales, notamment au niveau de la politique du logement, sèment beaucoup le doute sur l’activité d’une profession qui a du mal à sortir la tête de l’eau.

 

«D’un point de vue macroéconomique, cela va mieux mais la différence entre les territoires est bien là. La fracture territoriale est toujours bien présente !» Dixit Jacques Chanut, le président national de la Fédération française du Bâtiment (FFB) quelques heures avant le début de l’assemblée générale de la Fédération du Bâtiment et des Travaux Publics de Meurthe-et-Moselle le 2 octobre dernier dans ses locaux nancéiens. Après plusieurs années noires, le secteur du Bâtiment retrouve (un peu) des couleurs mais pas partout. «En Meurthe-et-Moselle, il ne faut pas se voiler la face, nous sommes un peu à la traîne même si bon nombre de collectivités territoriales et de donneurs d’ordres publics (et privés) ont continué à nous soutenir.» Daniel Cerutti, le président de la Fédération du BTP 54 est bien conscient que «le manque de dynamisme démographique, et à une certaine échelle le manque d’attractivité du département» fait que la situation est loin d’être réellement positive. Les chiffres départementaux fournis (datant de juin dernier) le confirment. Baisse de la construction neuve en Meurthe-et-Moselle avec un – 9,1 % des logements mis en chantier et – 20,8 % de logements autorisés.

 

Intertitre
Fracture territoriale…

 

Dans le Bâtiment résidentiel, les travaux liés à l’éco-PTZ (Prêt à taux zéro) ont bien augmenté de + 15,9 % mais les différentes annonces gouvernementales faites au sujet de la politique du logement entraînent la plus grande prudence aujourd’hui de la part des troupes de Jacques Chanut. «La brutale disparition du PTZ dans certaines zones géographiques (les fameuses zones dites C) et du dispositif Pinel dans d’autres zones, constitue un signal très négatif. Il ne pourra contribuer qu’à accentuer la fracture territoriale», souligne la FFB. «Dans le plan logement, il y a de sérieuses avancées comme l’inversion de la fiscalité immobilière, la libéralisation des terrains publics, l’intéressement financier des communes à la construction ou encore la simplification des procédures pour les HLM et la mise en place favorisant la vente aux locataires. Ces éléments constituent les bases d’un nouveau cadre positif», assure Jacques Chanut. Reste que plusieurs interrogations sont présentes. «L’appui de la profession dépendra aussi du détail de ces mesures. Nous les attendons avec impatience. De même, il faut que les incertitudes qui persistent, notamment sur le logement social, la transition énergétique et numérique, la lutte contre la fracture territoriale, soient levées au plus vite. Les marchés ont besoin de visibilité.» Une visibilité qui s’améliore mais ce n’est pas encore réellement le grand ciel bleu.