Épicerie aujourd’hui, supermarché collaboratif demain

La grande épicerie générale, action collaborative et coopérative version consommateurs pour le moment tenant des permanences et organisant des distributions dans ses locaux de la rue Saint-Nicolas à Nancy, vient de lancer une campagne de financement participatif histoire d’envisager la création d’un véritable supermarché collaboratif dans la cité ducale ou proche agglomération. Un énième acte […]


» Publié dans le numéro 1831 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

La grande épicerie générale, action collaborative et coopérative version consommateurs pour le moment tenant des permanences et organisant des distributions dans ses locaux de la rue Saint-Nicolas à Nancy, vient de lancer une campagne de financement participatif histoire d’envisager la création d’un véritable supermarché collaboratif dans la cité ducale ou proche agglomération. Un énième acte citoyen version bobos urbains ? On semble bien en être loin…

Une coopérative de consommateurs citoyens additionnée à un projet entrepreneurial collaboratif ! C’est l’essence même de la Grande épicerie générale aujourd’hui installée du côté de la rue Saint-Nicolas à Nancy. Lancée sous forme d’association en mars 2016, elle affiche aujourd’hui quelque cent soixante-dix adhérents. Le principe : chaque membre donne trois heures de son temps pour faire fonctionner la structure et ainsi «en réduisant les coûts et les charges, nous pouvons réduire le prix de vente des produits tout en rémunérant au prix juste les producteurs.» Le modèle économique tombe sous le sens pour Élodie Boileau et Stéphane Malecki, membres du noyau dur du concept qui a germé dans la tête du Nancéien Charles Thomassin (qui a déjà créé en 2013 l’épicerie solidaire étudiante Agoraé). «Tout est parti d’un constat. En réponse aux enjeux écologiques, économiques et sociaux, de nombreuses initiatives citoyennes naissent et se développent autour de nous. Elles ont en commun de proposer des alternatives, crédibles et durables, à des modèles qui se montrent à bout de souffle», explique Élodie Boileau. «La grande distribution actuelle fait partie de ces modèles. Après avoir permis dans les années soixante-dix, la réduction des prix pour les acheteurs, elle perd aujourd’hui le consommateur au milieu de milliers de références le rendant incertain sur la qualité des produits qu’il achète. De l’autre côté du système, les agriculteurs et petits producteurs ont de plus en plus de mal à vivre correctement de leur travail.»

Choix, qualité, justes prix

Des problématiques sociétales certaines auxquelles la Grande épicerie générale entend répondre mais en allant un peu plus loin. «Les circuits courts permettent en partie de répondre à ces problématiques mais il est souvent nécessaire de s’approvisionner à différents endroits, à des prix souvent assez onéreux, mettant ainsi rapidement à mal les meilleures volontés. Nous souhaitons donc apporter une réponse qui garantisse à la fois le choix et la qualité, le tout à prix justes», renchérit Stéphane Malecki. Leur but ultime : créer un réel supermarché collaboratif sur Nancy. L’association, qui devrait prochainement se muer en véritable coopérative car «il faut atteindre la taille critique des 500 à 600 adhérents», vient de lancer une campagne de financement participatif (sur la plateforme Tudigo ouverte jusqu’au 22 octobre). «Notre objectif est d’atteindre un palier de 12  000 euros. L’argent collecté permettra, entre autres, de compléter le matériel du groupement d’achat et de financer les dépenses nécessaires au montage du supermarché.» La mayonnaise semble bien prendre mais «il est nécessaire que notre projet aille vite pour que le mouvement ne n’essouffle pas.» La création du supermarché collaboratif pourrait aboutir à la fin de l’année prochaine ou au début de 2019.