Les Tablettes Lorraines | Votre hebdo économique et régional

AVOCATS: Des propositions pour favoriser l’avenir de la profession

 Le groupe de travail sur l’avenir de la profession d’avocat a remis début février son rapport au garde des Sceaux. Parmi ses nombreuses propositions, il préconise un plan national pour les cliniques juridiques et la création du statut de l’avocat en entreprise. «Excellence, agilité et innovation, mobilité, être heureux…» Remis le 2 février au ministre [...]


» Publié dans le numéro 1800 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 Le groupe de travail sur l’avenir de la profession d’avocat a remis début février son rapport au garde des Sceaux. Parmi ses nombreuses propositions, il préconise un plan national pour les cliniques juridiques et la création du statut de l’avocat en entreprise.

«Excellence, agilité et innovation, mobilité, être heureux…» Remis le 2 février au ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, le rapport sur «l’avenir de la profession d’avocat» est ambitieux dans ses objectifs et dense (138 pages). Une mission confiée en octobre 2016 par le garde des Sceaux à l’avocat Kami Haeri qui a constitué un groupe de travail avec trois autres avocats. Après 130 auditions d’avocats et d’experts, le groupe de travail formule de nombreuses propositions. Pour favoriser l’excellence dans la formation, il n’hésite pas à rentrer dans le détail. Il lui semble essentiel d’informer les étudiants sur les réalités de l’exercice du métier d’avocat. Pour ce faire, le groupe de travail préconise la mise en œuvre par la profession d’un plan national de sensibilisation, afin de les éclairer sur leurs futurs choix de parcours.

Plan national pour les cliniques juridiques

Le groupe de travail croit beaucoup aux cliniques juridiques qui permettent aux étudiants de se former par une expérience pratique. Il estime indispensable d’investir dans ces cliniques. C’est pourquoi il souhaite la mise en place d’un plan national les concernant. Et l’enseignement par un avocat au sein d’une clinique juridique (universités, préfectures, etc.) serait éligible à la formation continue. Dans son rapport, le groupe de travail veut également renforcer les efforts en matière de formation continue.

Autre enjeu crucial pour l’avenir de la profession, la modernisation des cabinets d’avocats. Dans cette optique, le groupe de travail préconise que soit autorisée l’ouverture minoritaire des cabinets aux investisseurs non issus des professions réglementées. Il se dit favorable à la rémunération de l’apport d’affaires entre avocats et au développement d’une culture de l’innovation en intégrant la notion de risque entrepreneurial dans l’apprentissage de l’avocat. Il lui paraît essentiel que le management des cabinets utilise des pratiques et des outils provenant du monde de l’entreprise.

Investir dans l’innovation

Mais l’avenir de la profession d’avocat se joue également sur le terrain de l’innovation. Dans son rapport, le groupe de travail en a bien conscience en formulant un certain nombre de propositions. Il estime indispensable de «créer ou de contribuer à la création d’incubateurs, comme celui du Barreau de Paris». La profession devra aussi établir des relations institutionnelles avec la «French Tech» et devenir membre de grandes associations numériques, afin de développer le numérique dans l’exercice du droit. Pour favoriser l’émergence de pratiques novatrices, le groupe de travail suggère la création d’un «Observatoire de l’innovation», dans chaque Ordre, et de mettre en place des ateliers dédiés au codage et à l’économie numérique dans les formations initiale et continue. Au XXIe siècle, la mobilité va être une réalité de plus en plus présente. Un certain nombre d’avocats quitteront la profession pour tenter une nouvelle expérience puis la réintégreront. Pour mieux prendre en compte cette évolution, le rapport appelle à l’organisation d’«États généraux de la mobilité professionnelle».

Toujours dans cette même logique, il est favorable à la mise en place du statut de l’avocat en entreprise. Et il propose d’«autoriser les juristes d’entreprise d’une pratique professionnelle d’au moins huit années à l’étranger à bénéficier de l’article 98, 3° du décret n° 91-1197 du 27 novembre 1991», organisant la profession d’avocat. Enfin, à travers plusieurs propositions, le groupe de travail veut favoriser la parité et la diversité au sein de la profession. Par exemple, «demander aux ordres professionnels d’effectuer, auprès de la commission Égalité du Conseil national des Barreaux (CNB), un reporting annuel sur la parité, sous forme de déclaration publique». La balle est désormais dans le camp du ministre de la Justice, Jean- Jacques Urvoas, qui ne dispose plus que de quelques semaines, jusqu’au résultat définitif de la Présidentielle, pour insérer en droit français par voie réglementaire certaines propositions du rapport.