Les Tablettes Lorraines | Votre hebdo économique et régional

Les inégalités de patrimoine restent fortes…

DANS SON ÉTUDE PUBLIÉE DÉBUT NOVEMBRE, L’INSEE SOULIGNE QUE LES DÉSÉQUILIBRES DE PATRIMOINE ONT LÉGÈREMENT DIMINUÉ DURANT LA PÉRIODE 2010-2015. LES INÉGALITÉS SE SONT RENFORCÉES, CEPENDANT, POUR LES MÉNAGES LES PLUS MODESTES. Les inégalités de patrimoine reculent légèrement mais s’accentuent parmi les ménages modestes, selon la dernière étude de l’Insee consacrée à l’évolution des actifs [...]


» Publié dans le numéro 1794 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Les déséquilibres de patrimoine ont légèrement diminué durant la période 2010-2015.

DANS SON ÉTUDE PUBLIÉE DÉBUT NOVEMBRE, L’INSEE SOULIGNE QUE LES DÉSÉQUILIBRES DE PATRIMOINE ONT LÉGÈREMENT DIMINUÉ DURANT LA PÉRIODE 2010-2015. LES INÉGALITÉS SE SONT RENFORCÉES, CEPENDANT, POUR LES MÉNAGES LES PLUS MODESTES.
Les inégalités de patrimoine reculent légèrement mais s’accentuent parmi les ménages modestes, selon la dernière étude de l’Insee consacrée à l’évolution des actifs détenus par les ménages sur les cinq dernières années. Hors véhicules, biens d’équipement de la maison, bijoux et oeuvres d’art, les Français détiennent, en 2015, en moyenne, 248 000 euros, soit un patrimoine brut en hausse de 0,5%, par rapport à 2010. La moitié d’entre eux déclarent plus de 158 000 euros de patrimoine brut. L’Insee précise que, début 2015, les 10 % des ménages les mieux dotés en patrimoine possèdent au minimum 595 700 euros d’actifs (soit près de la moitié de la masse totale), alors que les 10 % les plus modestes en détiennent au maximum 4 300 euros chacun (139 fois moins). Les 1 % des ménages les plus aisés, quant à eux, possèdent chacun plus de 1,95 million d’euros d’actifs. Les inégalités restent donc importantes, mais elles se sont légèrement réduites, globalement, sur la période. L’indice de Gini, qui mesure l’écart, est passé de 0,662 début 2010 à 0,653 début 2015. «Cependant, la situation relative des ménages en bas de l’échelle des patrimoines s’est détériorée entre début 2010 et 2015», peut-on lire dans le rapport de l’Insee. Le patrimoine moyen des 10 % les moins bien dotés, constitué presque intégralement de comptes chèques et de livrets d’épargne, a diminué de 30 % en cinq ans, relève l’Institut de statistique.
L’IMMOBILIER PRÉPONDÉRANT
Côté composition, en France, les biens immobiliers représentent 61 % du patrimoine brut. «La résidence principale est la composante essentielle du patrimoine immobilier brut : elle représente 85 % de la valeur des biens immobiliers des ménages en détenant», peut-on lire dans l’étude de l’Insee (la quasi-totalité des 10 % de ménages les plus aisés sont propriétaires). Près de six ménages sur dix sont propriétaires ou accédants à la propriété de leur résidence principale. Autre précision, en cinq ans, le poids des dettes de nature immobilière a augmenté en moyenne de près de deux points pour atteindre 12,5 % de la valeur du patrimoine privé brut des ménages. L’endettement immobilier concerne aussi bien l’acquisition des résidences principales que l’achat d’autres biens immobiliers. À la faveur de la baisse des taux d’intérêt (1,31 %, en moyenne, en novembre 2016, selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA), la part de propriétaires accédants chez les moins de trente ans a grimpé de 4,2 points, soit 14,6 % début 2015, alors qu’elle reste quasiment stable pour l’ensemble de la population depuis 2010. L’immobilier pèse 70 % du patrimoine brut de ces jeunes ménages, contre 64 % début 2010. Catégorie socioprofessionnelle, effets d’âge, logiques d’accumulation patrimoniale, motifs d’épargne (investissement, précaution, etc.)… sont des facteurs à considérer dans l’analyse des écarts de patrimoine brut. Sans surprise, le montant du patrimoine suit une logique d’accumulation avec l’âge, puis décroît. Les ménages dont la personne de référence a entre 60 ans et 69 ans détiennent, en moyenne, 340 600 euros, pour retomber à 286 100 euros pour les ménages les plus âgés. À l’opposé, les ménages dont la personne de référence est âgée de moins de 30 ans possèdent 37 400 euros. L’importance des actifs est aussi liée à la catégorie professionnelle. Les ménages  d’indépendants en activité détiennent un patrimoine plus important et plus diversifié que les salariés. Près d’un tiers de leur patrimoine brut est constitué d’actifs professionnels liés à leur activité. L’effort d’épargne destiné à financer des projets professionnels est en effet plus important chez les ménages d’indépendants. Il est à noter qu’au moment du passage à la retraite, la part du patrimoine professionnel n’est pas exploitée professionnellement. Ainsi, l’écart de patrimoine entre les ménages d’anciens indépendants et les ménages d’anciens salariés est légèrement moins important (481 600 euros contre 254 100 euros). La moitié des professions libérales disposent d’un patrimoine net (hors emprunts) de près de 378 000 euros, contre 16 400 pour la moitié des ouvriers non qualifiés. Les disparités restent aussi très marquées chez les salariés, entre catégories socio- professionnelles, note l’Insee. Illustration, le patrimoine brut moyen des cadres est quatre fois supérieur à celui des ouvriers non qualifiés.

Mina El MACHROHI et B.L.