Elections du Medef de Meurthe-et-Moselle

Bertrand-Tourrand De la nouveauté dans la tradition…

Le Medef de Meurthe-et- Moselle élit son nouveau président à la fin du mois. Dans la course à la succession d’André Bonal : Denis Heftre (voir article ci-contre), le président du cabinet ADH Conseil et le duo Christine Bertrand-Philippe Tourrand, respectivement dirigeante d’Euro Deal et vice-président de la clinique Louis Pasteur. Verdict des urnes le 26 novembre.

899
Un duo pour une candidature à un Medef départemental ! Une première en Meurthe-et-Moselle avec le binôme Christine Bertrand-Philippe Tourrand.
Un duo pour une candidature à un Medef départemental ! Une première en Meurthe-et-Moselle avec le binôme Christine Bertrand-Philippe Tourrand.
Un duo pour une candidature à un Medef départemental ! Une première en Meurthe-et-Moselle avec le binôme Christine Bertrand-Philippe Tourrand.
Un duo pour une candidature à un Medef départemental ! Une première en Meurthe-et-Moselle avec le binôme Christine Bertrand-Philippe Tourrand.

Un duo pour une candidature à la présidence du Medef de Meurthe-et-Moselle. Une première au niveau local présentée comme un bon sens commun dans l’intérêt des entreprises. Christine Bertrand, dirigeante du cabinet de ressources humaines et d’intérim Euro- Deal, et Philippe Tourrand, vice-président de la clinique Louis Pasteur, ont préféré jouer la carte de l’union intelligente au lieu d’une guerre fratricide au sein du mouvement patronal meurthe-etmosellan. «Nous avons tous besoin d’unité aujourd’hui. L’heure est au rassemblement des forces. A quoi bon s’opposer surtout que nos programmes sont quasiment similaires», assure Christine Bertrand. «Notre profil et notre ligne de conduite sont identiques et nous avons les mêmes soutiens», renchérit Philippe Tourrand. A quoi bon alors batailler pour la quête d’un siège de président. Un siège que Christine Bertrand occupera, si le binôme est élu, laissant à Philippe Tourrand la place de président délégué pour jouer l’interface avec le Medef régional. Un nouveau poste qui devra être créé et qui nécessitera une modification des statuts du syndicat patronal (voir encadré).

Dialogue constructif

Une répartition des tâches envisagée et décidée à l’unisson entre les deux composantes du binôme. Cette approche à deux têtes s’additionne à un management participatif souhaité au sein même de la structure patronale avec les autres membres du bureau. «La force aujourd’hui, c’est le travail en équipe ! Il nous faut faire entendre notre voix dans l’intérêt même des entreprises qui aujourd’hui sont trop souvent montrées du doigt.» Une représentativité à encore renforcer et qui passera par une écoute et un travail en commun avec les autres organismes institutionnels aussi bien patronaux que d’autres horizons. «Il est impératif d’aller dans le même sens. Faire entendre la voix du Medef est la priorité mais nous faire entendre non pas en opposition mais comme force de propositions. Le tout dans un dialogue constructif.» Allusion faite à la prise de position «musclée» récente du Medef régional par rapport au plan Lorraine 2020 du Conseil régional de Lorraine. Pas de changement de cap, pas de chamboulement extrême mais une volonté affichée de moderniser, d’apporter de la nouveauté «pour coller au plus près aux attentes des entrepreneurs que nous représentons». Les 28 administrateurs du Medef trancheront le 26 novembre prochain où, en milieu d’après-midi, le nouveau président (ou la nouvelle présidente) sera connu. «Quel que soit le résultat, l’intérêt des entrepreneurs sera bien défendu», assure le duo… fair-play.