Philippe Bertaud «S’unir pour encourager les créateurs»

C’est dans un climat économique toujours dans la tourmente que va se dérouler, le 20 novembre prochain, la 9e édition de la Fête de la création d’entreprises du réseau Créalliance. La Communauté Urbaine du Grand Nancy reste plus que jamais investie dans sa mission de soutien au développement économique. Si la création d’entreprises dans le Grand Nancy en 2011 accuse un recul de 10.3%, avec 1 903 projets concrétisés contre 2 122 l’année précédente, le territoire résiste mieux que la zone d’emploi de Nancy (-11.2%) et la Lorraine. Mais plutôt que de céder au pessimisme, c’est au rassemblement des forces vives et des institutions qu’appelle Philippe Bertaud, vice-président du Grand Nancy en charge du développement économique et universitaire et de l’innovation.

599

Les Tablettes Lorraines : La crise perdure, le nombre de créations est en baisse. Quel constat dressezvous et quelle est la politique du Grand Nancy en matière de soutien à la création ?

Il faut observer les choses dans leur globalité, le Grand Nancy ne va pas se refermer sur son territoire, nous avons besoin de la région et de l’Etat. Il y a un décalage entre les autorités politiques et la réalité du terrain de jeu économique. Les arbitres qui fixent les règles ne sont pas confrontés à cette réalité du terrain. Les collectivités doivent se cantonner à leur bout de terrain alors qu’il faut s’unir. Au niveau national, les choses ne vont manifestement pas bien, mais je reste persuadé que le potentiel est là. Encore faut-il encourager les créateurs, qui se montrent plutôt effrayés et inquiets.

Quelles formes ces encouragements devraient-ils prendre ?

Il faudrait abolir 50% des lois, elles brident les initiatives ! Il faut aller vers une simplification des textes, alléger les charges sociales, simplifier le droit du travail… et surtout faire un peu plus confiance aux hommes !

Vous aviez évoqué lors de nos précédents entretiens le projet de création d’une Maison de l’entreprise sur le plateau de Brabois. Qu’en est-il aujourd’hui et quand verra-t-elle le jour ?

Les choses avancent, la validation du principe est acquise. Promotech occupe déjà un demi-bâtiment. Il reste cependant à définir les modalités du partage immobilier et financier du projet, ainsi que l’organisation de la gouvernance de cette maison commune. Quelles structures pour le portage et pour l’exploitation ? Il faut également tenir compte des travaux d’aménagement à effectuer et en définir les coûts. L’apport du Grand Nancy, par l’intermédiaire de la Solorem, est d’ordre foncier, c’est notre cadeau de naissance. Concernant la date de son ouverture, je ne peux rien vous dire de précis. Nous nous sommes fixé comme objectif la rentrée 2013, j’aimerais que cela se fasse durant mon mandat qui se termine fin mars 2014.

Dans quelle optique abordez-vous 2013 ?

Le Grand Nancy est prêt à s’allier à toutes les forces vives et à tous les territoires dont il dépend pour faire se créer les entreprises qui auront pour ambition d’apporter la croissance sur notre territoire. Notre contribution sera la concrétisation de la Maison de l’entreprise, lieu de discussion et d’échange. Mais je le répète, nous ne pouvons rien faire seuls, nous attendons du gouvernement une politique favorable à la création.