Hôtellerie

Visilit remet le couvert

La Moselle, terre de tourisme. Le chef Jean-Marie Visilit, le patron du Domaine La Grange de Condé y croit et investit 2,3 millions d’euros dans l’extension de son affaire et opère une montée en gamme pour passer de trois à quatre étoiles. Le chantier qui a débuté, consiste à créer 9 chambres de 35m², 3 […]

497

La Moselle, terre de tourisme. Le chef Jean-Marie Visilit, le patron du Domaine La Grange de Condé y croit et investit 2,3 millions d’euros dans l’extension de son affaire et opère une montée en gamme pour passer de trois à quatre étoiles. Le chantier qui a débuté, consiste à créer 9 chambres de 35m², 3 suites familiales de 90 m², une salle de séminaire de 110 m² et un espace de remise en forme et de bien-être de plus de 500 m². «Les travaux ont été confiés à des entreprises locales», affirme le chef qui bénéficie aussi d’une belle clientèle d’affaires. La fin du chantier est programmée pour novembre 2013.

Mobilité

Son adresse au Grand Séminaire

«L’idée, c’est de permettre à un commercial ou à un consultant de venir consulter ses e-mails quand il le désire, de lui donner accès à des outils bureautiques et à une boite aux lettres s’il le souhaite», explique Thibault Korchia à propos du nouvel espace de co-working qui a ouvert ses portes au Grand Séminaire de Metz, début novembre. Une adresse d’autant plus intéressante que l’endroit, audelà de la qualité du cadre, est situé à proximité du centreville de Metz et dispose d’un parking. Pour bénéficier de ces services, différentes formules sont proposées à partir de 50 euros par mois (location d’un bureau). Il en coûte 120 euros par mois pour profiter de tous les services, y compris d’un accès au parking. À noter, le Grand Séminaire loue également des salles de réunions. Pour tout savoir, voir : www.seminairedelorraine.fr. Ou joindre Thibault Korchia par téléphone : 06 89 05 47 57.

Formation

Sur site et à domicile

«Le site internet Study Coach (www.studycoach.fr) est un blog professionnel dont je me sers pour partager des informations et des conseils en matière de formation, avec les internautes. Mais c’est également une carte de visite. Et le démarrage est plutôt bon puisque lancé début novembre, il a d’ores et déjà généré des rendez-vous» explique Hervé Padilla, le patron de la startup messine éponyme. Un jeune chef d’entreprise qui, outre l’animation de ce blog, a développé une offre nouvelle en matière de formation. «Je propose bien entendu mes services aux établissements de formation mais je m’adresse également aux particuliers : aux jeunes en quête de conseils en matière d’orientation et aux salariés désireux de changer de job mais qui ne savent pas trop par quoi commencer. Je fais du coaching mais à domicile et en m’attachant à dépoussiérer ce qui se pratique habituellement», précise Hervé Padilla qui bénéficie de plus de 10 ans d’expérience dans la formation.

Franchise

Lux’Cupcakes cherche des partenaires

Metz mais également Nancy. Ce sont deux des villes lorraines sur lesquelles lorgne l’entreprise luxembourgeoise Lux’Cupcakes qui est à la recherche de partenaires pour diffuser son concept de boutiques gourmandes en France, en Belgique et au Luxembourg, via de la franchise. Installé pour l’heure à Luxembourg-ville, Lux’Cupcakes est spécialisé dans la production et la commercialisation de cup cakes, ces petits gâteaux ronds recouverts de glaçage. Pour tout savoir : www.luxcupcakes.lu.

Sidérurgie

Le bonus Ulcos

Quatre candidats «sérieux» se seraient manifestés pour la reprise de la filière liquide de l’usine ArcelorMittal de Florange. Pour l’heure, si différents noms circulent, il faudra faire preuve d’encore un peu de patience pour savoir de quoi il retourne. L’aciériste a donné jusqu’au 1er décembre au gouvernement français pour trouver un repreneur. Mais des élus locaux ont demandé à l’Etat de négocier un délai supplémentaire car la Commission européenne pourrait dévoiler, avant la fin de l’année, ses intentions quant au projet pilote Ulcos (captage et stockage du CO2) susceptible de se faire sur le site industriel mosellan. Un accord qui pourrait changer la donne puisque la Commission pourrait allouer 240 millions d’euros à ce projet d’un investissement global de 600 millions d’euros. L’Etat y investirait 150 millions d’euros. Un «bonus» qui pourrait faire la différence auprès d’un repreneur mais pas d’ArcelorMittal qui a confirmé qu’Ulcos ou pas, le groupe ne reviendra pas sur la fermeture.