Semaine des Business Angel 2012

Donner du sens à l’investissement

Pour la 7e année consécutive, France Angels a organisé, du 26 au 30 novembre dernier, la Semaine des Business Angels. Une opération dont l’objectif est de faire mieux connaître l’activité des Business Angels en France et le fonctionnement de leurs réseaux qui ne cessent de s’étendre puisqu’on compte aujourd’hui 4500 «anges gardiens» dans l’Hexagone. Rendezvous était donné aux potentiels investisseurs le 29 novembre dans les locaux de la CCIT 54. Une aprèsmidi pour informer et apparaître comme un relais incontournable de la levée de fonds !

403
Une centaine d’investisseurs potentiels avaient répondu à l’invitation de CCI 02 Bilan le 29 novembre dernier, à l’occasion de la Semaine des Business Angels 2012
Une centaine d’investisseurs potentiels avaient répondu à l’invitation de CCI 02 Bilan le 29 novembre dernier, à l’occasion de la Semaine des Business Angels 2012
Une centaine d’investisseurs potentiels avaient répondu à l’invitation de CCI 02 Bilan le 29 novembre dernier, à l’occasion de la Semaine des Business Angels 2012
Une centaine d’investisseurs potentiels avaient répondu à l’invitation de CCI 02 Bilan le 29 novembre dernier, à l’occasion de la Semaine des Business Angels 2012

Semaine des Business Angels 7ème ! Du 26 au 30 novembre dernier, les Business Angels ont partagé leur expérience et leur passion pour l’entrepreneuriat et l’innovation avec tous ceux qui envisagent de se lancer dans l’aventure. Créatifs, pédagogiques, festifs, ou simplement informatifs… au total une trentaine de rendez-vous ont été proposés aux potentiels Business Angels dans toute la France. Les anges sont passés par la Lorraine, et notamment à la CCIT 54, le 29 novembre dernier, pour une après-midi d’ateliers, de tables rondes et de rencontres avec une quinzaine d’exposants. C’est CCI 02 Bilan qui, dans le cadre du programme Seed4start, s’est associé à l’événement, pour faire passer leur message. À l’heure où les levées de fonds sont de plus en plus difficiles pour le capital-risque, les investisseurs individuels sont en passe de devenir incontournables. Et le message a l’air d’être entendu puisqu’en cinq ans les anges ont vu leurs effectifs tripler dans l’Hexagone, atteignant 4.500 contre 6.000 en Grande-Bretagne.

Energie positive

Chaque événement permet aux réseaux locaux de Business Angels d’accroître leur visibilité et leur notoriété, de renforcer leurs liens avec les partenaires locaux, mais aussi et surtout de découvrir de nouveaux projets et de recruter des investisseurs prêts à rejoindre le mouvement. Une croissance qui n’est pas près de s’arrêter, au vu du bilan positif que tire Boris Ouarnier, animateur de CCI 02 Bilan : «une centaine de participants avaient répondu à l’invitation, des entrepreneurs qui s’interrogent sur ce type de financement, dont de jeunes entrepreneurs. Mais pas seulement, des particuliers qui pensent à investir dans les PME de la région sont également venus. Les tables rondes leur étaient d’ailleurs destinées. L’objectif est de démocratiser ce type d’investissement». L’investissement dans les start-up lorraines était la thématique pour ces tables rondes qui ont permis d’aborder les questions fiscales, les étapes clefs, la vie d’actionnaire d’une PME non-cotée ou encore l’investissement à plusieurs. Cette édition 2012 s’est déroulée dans un contexte un peu particulier lié à la conjoncture économique et au projet de Loi de finances 2013 en cours de vote à l’Assemblée nationale et au Sénat. Malgré cet environnement économique et fiscal complexe et incertain, les Business Angels poursuivent leur action et croient plus que jamais que l’accompagnement des jeunes entreprises innovantes est indispensable au développement du tissu économique local et au soutien de l’économie nationale. «On ne peut bien sûr pas faire abstraction de la morosité ambiante, mais l’ambiance générale est typique de cet écosystème riche en énergie positive. C’est la même chose chez les investisseurs, ils sont à la recherche d’investissements qui ont du sens.» Dans le sens d’un retour de la croissance ?