Immobilier d’entreprises

Acte CBRE : une visibilité retrouvée en attendant la sérénité

2013 sera-t-elle l’année de la levée de brouillard sur le secteur de l’immobilier d’entreprises en Lorraine ? Pour Acte CBRE, l’un des acteurs majeurs du marché, les perspectives sont plus visibles que l’an passé et le retour à des transactions plus importantes, en termes de surface, est plus que probable du fait de beaux programmes en marche.

390
Le marché de l’immobilier d’entreprises pourrait retrouver de la lisibilité cette année. 2013 devrait voir également le retour de transactions plus importantes en termes de m². Une typologie de transactions absente l’an passé, selon Acte CBRE.
Le marché de l’immobilier d’entreprises pourrait retrouver de la lisibilité cette année. 2013 devrait voir également le retour de transactions plus importantes en termes de m². Une typologie de transactions absente l’an passé, selon Acte CBRE.
Le marché de l’immobilier d’entreprises pourrait retrouver de la lisibilité cette année. 2013 devrait voir également le retour de transactions plus importantes en termes de m². Une typologie de transactions absente l’an passé, selon Acte CBRE.
Le marché de l’immobilier d’entreprises pourrait retrouver de la lisibilité cette année. 2013 devrait voir également le retour de transactions plus importantes en termes de m². Une typologie de transactions absente l’an passé, selon Acte CBRE.

Fini le brouillard en Lorraine dans l’univers de la «Pierre» version immobilier d’entreprises ? Peut-être ! «Nous débutons 2013 avec beaucoup plus de visibilité qu’en 2012. L’année dernière, nous n’avions pas grand-chose au début. L’année s’est achevée à l’équivalence de 2011 à quelques pourcents près», assure François Suty, le directeur d’Acte CBRE pour la région. Un retour de la demande placée à Metz en 2012 avec 32.100 m² transactés. Une baisse de cette même demande à Nancy avec 33.500 m²… le tout sur des petites et moyennes surfaces. Une stabilité nancéienne et une légère hausse messine au niveau des valeurs locatives pour le neuf sur 2012, avec quelques bonnes opérations dans les différentes agglomérations. Ni bon ni mauvais 2012, mais plutôt frémissante en attendant des jours un peu meilleurs. Des jours meilleurs pas vraiment annoncés mais dont les premiers rayons semblent percer. «Il y a aujourd’hui de beaux dossiers en vue, avec un retour de transactions plus importantes en termes de surface de plus de 2.000 m². L’an passé, les grandes transactions étaient complètement absentes. Les plus grosses affaires étaient de l’ordre de 1.400 à 1.500 m².» .

Le seconde main porteur

Rives de Meurthe, Île-de-Corse à Nancy et l’incontournable quartier de l’Amphithéâtre messin, ces opérations devraient donc permettre de redonner un souffle en termes de grosses transactions. Des transactions basées sur des immeubles proposant des prestations de qualité dans la mouvance de la RT (Réglementation thermique) 2012 et du BBC (Bâtiment basse consommation). Le tout à des prix oscillant entre 169 euros et 180 euros le m² pour les opérations nancéiennes et plutôt vers 185 euros chez les voisins messins, notamment du côté de la ZAC de l’Amphithéâtre. A ces programmes neufs sortant, s’ajoute un marché de seconde main qui apparaît plus que porteur. «Ce n’est pas encore la sérénité mais il est certain que l’on retrouve de la visibilité», continue le patron d’Acte CBRE. L’horizon semble donc se dégager… petit à petit.