Financement

ILP-Sadepar Bon niveau de services…

L’ILP-Sadepar, capital investisseur de proximité, a investi l’an passé onze millions d’euros pour renforcer les fonds propres des PME régionales. Une activité soutenue malgré un environnement économique complexe.

«Dans un environnement économique complexe, nous avons réussi à maintenir un niveau d’activité élevé l’an passé au service des PME de la région Lorraine», assure Hervé Obed, le président de l’ILP.
«Dans un environnement économique complexe, nous avons réussi à maintenir un niveau d’activité élevé l’an passé au service des PME de la région Lorraine», assure Hervé Obed, le président de l’ILP.

Onze millions d’euros ! C’est l’investissement effectué par le capital investisseur de proximité ILP-Sadepar l’an passé pour renforcer les fonds propres des PME. Bon score vu le climat conjoncturel tendu. «Dans un environnement économique complexe, nous avons réussi à maintenir un niveau d’activité élevé l’an passé», assure Hervé Obed, le président de l’ILP. Dans les chiffres fournis, vingt-trois opérations ont été approuvées par les instances de décision des quatre différents fonds gérés par l’équipe de gestion de l’ILP (fonds d’investissement Sadepar, le fonds lorrain des matériaux, le fonds de développement et transmission de l’ILP et le fonds lorrain de consolidation). 2,2 millions d’euros pour huit opérations d’amorçage et de capital risque. 5,3 millions d’euros pour huit opérations de développementtransmission et 3,1 millions d’euros pour sept opérations de consolidation. «En 30 ans, nous avons accompagné plus de 450 entreprises et investi plus de cent millions d’euros. Sur les dernières années, le rythme d’investissement a été plus que quadruplé grâce au renforcement des fonds préexistants et par la création de deux nouveaux fonds, le FLM (fonds lorrain des matériaux) et le FLC (fonds lorrain de consolidation)», analyse Hervé Obed. «Par l’origine à moitié publique des fonds que nous gérons, nous ne sommes pas un investisseur spéculatif. Notre équipe de gestion vise à stimuler le développement de l’économie régionale.» Cette stimulation est centrée autour de deux axes principaux : attirer de nouvelles entreprises «grâce à une offre de fonds propres originale, notamment en création», et favoriser l’émergence de nouveaux secteurs d’activité «comme les Data Centers et les activités connexes de l’économie numérique».

Economie numérique toute…

«Dans un environnement économique complexe, nous avons réussi à maintenir un niveau d’activité élevé l’an passé au service des PME de la région Lorraine», assure Hervé Obed, le président de l’ILP.
«Dans un environnement économique complexe, nous avons réussi à maintenir un niveau d’activité élevé l’an passé au service des PME de la région Lorraine», assure Hervé Obed, le président de l’ILP.

Ce centrage affiché dans la sphère, jugée porteuse de l’économie numérique, est réalisable grâce à la création récente d’une société de projet. Nom de code : DODC. Elle est dédiée au développement d’un parc de Data Centers sur l’Opération d’intérêt national d’Alzette-Belval. Parmi les projets soutenus l’an passé, bon nombre sont issus de l’univers des NTIC et du numérique à l’image de Mesagraph, éditeur de solutions de gestion et d’analyse intelligente des médias sociaux. Créée en 2010 par Sébastien Lefebvre, ingénieur de l’Esstin, la société a été retenue par France Télévision et Canal + pour la mesure de l’analyse des audiences sociales de l’ensemble des chaînes du groupe. 250.000 euros ont été investis par Sadepar pour permette à la société de développer son offre et commencer à la commercialiser. Les autres secteurs, plus traditionnels, sont loin d’être occultés à l’image des Vosgiens de chez Ventron Confection, spécialiste du façonnage du linge de maison. Le FLC (Fonds lorrain de consolidation) a participé à hauteur de 650.000 euros pour son projet de développement dit «Fibers» visant à valoriser le linge de lit usé en recyclant la fibre de polyester. En 2013, l’ILP-Sadepar entend bien continuer à apporter son soutien à l’effort de compétitivité des PME régionales à fort potentiel. Reste à savoir si le rythme sera le même…