Vol de métaux

Préjudices incalculables et insupportables en Meuse

I sabelle Dilhac, la préfète de la Meuse et Jean-François Grobot, le président de la Fédération des entreprises du recyclage Federec (branche Est), ont signé le 23 janvier à Bar-le-Duc une convention visant à lutter contre le vol et le recel de métaux.

886
Isabelle Dilhac, la préfète de la Meuse et Jean-François Grobot, le président de la Fédération des entreprises du recyclage (Branche Est) ont signé le 23 janvier à Bar-le-Duc une convention visant à lutter contre le vol et le recel de métaux.
Isabelle Dilhac, la préfète de la Meuse et Jean-François Grobot, le président de la Fédération des entreprises du recyclage (Branche Est) ont signé le 23 janvier à Bar-le-Duc une convention visant à lutter contre le vol et le recel de métaux.
Isabelle Dilhac, la préfète de la Meuse et Jean-François Grobot, le président de la Fédération des entreprises du recyclage (Branche Est) ont signé le 23 janvier à Bar-le-Duc une convention visant à lutter contre le vol et le recel de métaux.
Isabelle Dilhac, la préfète de la Meuse et Jean-François Grobot, le président de la Fédération des entreprises du recyclage (Branche Est) ont signé le 23 janvier à Bar-le-Duc une convention visant à lutter contre le vol et le recel de métaux.

«Ce n’est pas un phénomène nouveau mais la conjoncture actuelle conjuguée à l’envolée des cours des matières premières a entraîné une explosion des vols des métaux. Les préjudices sont incalculables et insupportables», explique Jean-François Grobot, le président de la Fédération des entreprises du recyclage de l’Est de la France, qui regroupe 70 structures, dont sept meusiennes. D’ailleurs, dans ce département rural, si 150 déclarations de vol avaient été recensées en 2011, une forte hausse a été observée en 2012 avec 190 infractions. Contractualisée désormais en Meuse, cette convention est une déclinaison départementale d’un accord national signé en 2008 entre le Ministère de l’intérieur et le Président national de la Fédération des entreprises du recyclage. L’objectif est clairement de lutter contre les différentes formes de délinquance en fixant un cadre général entre les professionnels d’un côté et les forces de l’ordre de l’autre. Si depuis plusieurs années, des initiatives ont été prises par les entreprises du recyclage pour reconnaître les produits volés, Jean-François Grobot dénonce aujourd’hui les différences de législations avec la Belgique ou l’Allemagne, qui acceptent de payer en liquide alors qu’en France le règlement s’opère exclusivement au moyen de chèques bancaires.

Harmonisation européenne

Le président milite pour une harmonisation européenne afin qu’il y ait «une seule règle». Présents lors de la signature, Laurent Guilmet, le directeur départemental de la Sécurité publique et Frédéric Cléton, le colonel commandant le groupement de la gendarmerie de la Meuse s’engagent à initier «un gros travail de prévention et à désigner des référents sûreté». Au delà de la signature officielle, «cette convention a une importance capitale pour réussir», estime Jean-François Grobot. Et pour cause, les vols ont de plus en plus de conséquences sur les équipements structurants, pouvant conduire à des problèmes de sécurité. La préfète de la Meuse mise sur une mobilisation générale pour inverser la tendance, sachant que les entreprises, les collectivités et les usagers subissent des préjudices qu’ils soient directs ou indirects. Concernés par ces vols de métaux, André Reboul, le directeur aux affaires territoriales de la SNCF, Philippe Laumin, le directeur régional de Réseau Ferré de France, Gilles Baudson, le chef d’agence collectivités locales Meuse d’ERDF, Hubert Thiel, le directeur régional de France Télécom et Pierre Nicora, le président de la Fédération du BTP Meuse avaient tous fait le déplacement à Bar-le-Duc le 23 janvier pour assister à la signature de la convention.