Centrale de Cattenom

Bilan de l’année

Guy Catrix, directeur de la centrale nucléaire de Cattenom a reçu les journalistes pour une conférence de presse afin de présenter le bilan de l’année 2012 et les projets à venir. En premier lieu, le directeur a souhaité revenir sur l’accident mortel survenu à la centrale de Cattenom le 28 février dernier. Guy Catrix a […]

450

Guy Catrix, directeur de la centrale nucléaire de Cattenom a reçu les journalistes pour une conférence de presse afin de présenter le bilan de l’année 2012 et les projets à venir. En premier lieu, le directeur a souhaité revenir sur l’accident mortel survenu à la centrale de Cattenom le 28 février dernier. Guy Catrix a précisé que cet évènement douloureux a bouleversé l’ensemble du personnel de la centrale et que l’enquête, actuellement en cours, déterminera les circonstances exactes de cet accident. La première partie de la conférence a été l’occasion de dresser le bilan de l’année 2012. Une année marquée par une forte activité de maintenance (trois arrêts de tranche programmés dont une visite partielle) et une production de trente milliards de kilowattheures. Grâce à la mobilisation de l’ensemble du personnel, le CNPE (Centre Nucléaire de Production d’Electricité) de Cattenom a tenu ses engagements en matière de sûreté des installations et d’environnement. Les résultats sécurité sont constants en 2012 avec un taux de fréquence de quatre accidents par million d’heures travaillées. La centrale de Cattenom a poursuivi en 2012 sa politique de renouvellement des compétences avec l’embauche de quarante-huit nouveaux salariés et a battu son record en termes d’effectif avec 1 248 salariés, un chiffre jamais atteint depuis le début de l’exploitation des unités de production. La conférence a été aussi l’occasion d’aborder les investissements à venir pour assurer la durée de fonctionnement des installations. EDF entend assurer une durée de fonctionnement de ses centrales nucléaires audelà de quarante ans. Un investissement de cinquante milliards d’euros est prévu pour les cinquante-huit réacteurs du parc nucléaire d’EDF sur dix ans, dont 3 à 4 milliards pour la centrale de Cattenom, comprenant les investissements de sûreté liés à Fukushima. En juin 2012, l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a présenté les prescriptions techniques réglementaires issues des Évaluations Complémentaires de Sûreté Post-Fukushima et EDF a précisé son plan d’actions qui commence dès 2012 et se poursuivra sur plusieurs années. Ces travaux visent à renforcer la robustesse ainsi qu’à assurer des marges de sûreté supplémentaires aux installations face aux risques de séisme et d’inondation, face à la perte simultanée de la source de refroidissement et des alimentations électriques et face aux conséquences en cas d’accidents graves. Enfin, Guy Catrix a présenté le programme de maintenance de la centrale de Cattenom en 2013 : trois arrêts de tranche programmés dont la Visite Décennale de l’unité de production n° 4, déterminante pour la poursuite de l’exploitation du site de Cattenom. Il s’agit d’un check-up complet de l’état des installations permettant d’obtenir l’autorisation de l’Autorité de Sûreté Nucléaire d’exploiter le réacteur dix années supplémentaires. Plus de 10 000 activités de maintenance vont mobiliser jusqu’à 2 500 intervenants, au plus fort de l’activité de cet arrêt qui a débuté le 9 février dernier.

Metz Expo

Changement de mains

Céline Parachou a pris la tête de la gestion de la restauration du parc des expositions de Metz. Originaire du Périgord, elle a fait ses classes en Angleterre, puis en Écosse avant de rejoindre la France au parc Disney en région parisienne et le groupe Pierre & Vacances au Cap Esterel. Son objectif est de rebooster les deux restaurants du site, dont le Café des Congrès, baptisé La Folie des cocottes et le Pavillon. Le chef est Olivier Roedel.

Sarreguemines

Golf repris

C’est un chirurgien dentiste qui est le nouveau propriétaire du Golf de Sarreguemines. Patrice Aubert, 60 ans, habite une commune à proximité. C’est un passionné de golf depuis longtemps qui prend les commandes du site, convoité également par un investisseur allemand. Placé en redressement judiciaire depuis le mois de décembre, le golf de Sarreguemines doit désormais se préparer à sortir de l’hiver rigoureux qui l’a un peu maltraité. Le nouveau propriétaire s’est engagé à faire des travaux de remise à niveau très vite et à reprendre une partie des salariés.