Grands projets

Itec : le rapport qui rassure…

Un chantier en retard, des délégations chinoises en visite sur le site, un rapport d’une société d’expertise comptable et de commissariat aux comptes pour renforcer la crédibilité du projet, histoire de faire disparaître les interrogations planant sur sa faisabilité. Le projet Itec, du pôle d’affaires sino-européen, fait de nouveau parler de lui.

434

Le projet Itec (International industry technology and exhibition center) d’Illange… c’est du solide ! À l’heure où le chantier de ce fameux pôle d’affaires sinoeuropéen prend du retard, KPMG la société d’expertise-comptable et de commissariat aux comptes sort un rapport, dévoilé dans les colonnes de nos confrères du Républicain Lorrain (et réalisé pour le compte de Comex Holding, maison mère de Terra Lorraine SAS porteur du projet), qui donne toute sa crédibilité au programme. Un programme tout simplement pharaonique en termes d’emplois (des milliers sont effectivement annoncées dans les années à venir). 130 hectares, cinq phases de construction sur une période d’environ dix ans et près de deux mille entreprises chinoises en ligne de mire. Le tout avec une notion affichée de «réciprocité» : des entreprises chinoises en Lorraine et des entreprises lorraines en Chine.

Objectif atteignable

Une «réciprocité» annoncée pour le moment, même si les porteurs du projet évoquent le chiffre de 700 pré-contrats signés. «Accueillir 2 500 entreprises à court terme avec un taux de remplissage de 100 % nous semble un objectif atteignable», assure la société KPMG dans son rapport. Suit une liste d’atouts, comme la mise en relation directe des PME chinoises avec des acheteurs européens, une zone d’implantation ciblée bénéficiant d’une bonne accessibilité et d’un positionnement géographique unique au niveau logistique reliant le Nord et le Sud de l’Europe. De quoi faire taire les détracteurs de l’opération et ceux qui s’interrogent encore. Et ils sont encore nombreux ! Non pas sur la réalisation même de l’infrastructure, mais sur les relations avec l’empire du milieu. La Chine et ses méthodes demeurent toujours source d’inquiétudes (du fait d’une méconnaissance… peut-être !), mais la crainte d’une nouvelle désillusion chinoise, comme d’autres régions de l’Hexagone l’ont connu, demeure toujours palpable chez une grande majorité de PME-PMI régionales. Le vieux syndrome du «péril jaune» apparaît plus que tenace. Quoi qu’il en soit du côté de la mégazone d’Illange-Bertrange, cela creuse et bétonne à tout-va.