Sécurité informatique

Les avocats s’y connectent à Nancy

Les attaques de hackers ne sont plus l’apanage des grands groupes. Les PME-PMI sont dorénavant devenues des cibles privilégiées des «pirates» de l’informatique. Histoire de sensibiliser sur ce nouveau fléau de la fuite des données, les Ordres des avocats de Nancy et Metz organisent, le 28 mai à partir de 16 h 30 à la faculté de Droit, une conférence sur le thème «Comment agir efficacement pour sécuriser ses données informatiques ?» avec des intervenants spécialisés à l’image de Sandrine Becker de la Direction régionale du Renseignement intérieur.

425
Plus de 30 % des PME sont victimes d’attaques informatiques aujourd’hui. Histoire de faire prendre conscience du problème, l’Ordre des avocats de Nancy avec celui de Metz organisent une conférence le 28 mai à la faculté nancéienne de Droit.
Plus de 30 % des PME sont victimes d’attaques informatiques aujourd’hui. Histoire de faire prendre conscience du problème, l’Ordre des avocats de Nancy avec celui de Metz organisent une conférence le 28 mai à la faculté nancéienne de Droit.
Plus de 30 % des PME sont victimes d’attaques informatiques aujourd’hui. Histoire de faire prendre conscience du problème, l’Ordre des avocats de Nancy avec celui de Metz organisent une conférence le 28 mai à la faculté nancéienne de Droit.
Plus de 30 % des PME sont victimes d’attaques informatiques aujourd’hui. Histoire de faire prendre conscience du problème, l’Ordre des avocats de Nancy avec celui de Metz organisent une conférence le 28 mai à la faculté nancéienne de Droit.

Réseaux sociaux, emails, serveurs internes, plates-formes d’échanges et autres «Cloud», autant d’outils pour les entreprises… et autant de faux amis et de failles pour leur sécurité. Aujourd’hui 31 % des entreprises de moins de deux cent cinquante salariés sont victimes d’attaques informatiques à en croire le rapport annuel sur la sécurité publié par Symantec, le numéro un mondial des antivirus. Elles n’étaient que 18 % l’an passé. Cette recrudescence des attaques s’explique par un niveau de protection moindre des PME lié à une prise de conscience insuffisante des dirigeants sur les risques encourus. «C’est au vu de ce constat que nous avons décidé avec nos homologues messins d’organiser une conférence-débat permettant aux participants de se sensibiliser aux comportements à adopter, tant d’un point de vue technique et informatique, que d’un point de vue juridique», explique l’avocat et ancien bâtonnier nancéien Didier François Apostolo, missionné par le bâtonnier de l’Ordre des avocats de Nancy pour monter cette rencontre annoncée le 28 mai à partir de 16h30, dans la Salle des assemblées de la faculté nancéienne de Droit.

Entrepreneurs et avocats concernés

«Il apparaît que l’application de simples règles d’usage dans toute activité professionnelle commerciale ou libérale peut permettre de limiter de manière notable ce risque de fuites et de vols de données», renchérit Frédéric Ferry, copilote de l’organisation de l’événement. Des principes simples relatés avec bon sens, notamment dans un récent guide édité en début d’année par l’Anssi (Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information). Cible principale de cette rencontre : les dirigeants d’entreprise, les professions libérales, mais également les avocats eux-mêmes. «Le développement des nouvelles technologies et leur usage entraînent également bon nombre d’interrogations par la suite au niveau juridique et des pratiques mêmes des avocats », confient en coeur les deux «robes noires». Les aspects technique et informatique de cette nouvelle tendance, appelée par les puristes en la matière «Sécurité économique active», seront passés au crible par Sandrine Becker, conférencière de la Direction régionale du Renseignement intérieur. Le chapitre juridique sera, quant à lui, décrypté par Caroline Zorn Macrez, avocate au barreau de Nancy. La connexion entre l’auditoire attendu et les intervenantes devraient rapidement se faire, vu l’importance et l’urgence du problème.
Pour plus d’infos www.avocats-nancy.com