Banques

SaarLB : à l’Est toujours du nouveau…

La conquête de l’Est hexagonal continue pour la banque régionale allemande SaarLB. L’établissement sarrois vient de présenter ses bons résultats fin mai à son antenne messine. Malgré la crise récurrente, les perspectives pour 2013 s’annoncent positives, notamment dans le secteur des investissements dans les énergies renouvelables.

367
«Le premier trimestre 2013 affiche une activité plutôt soutenue. La demande est encore forte dans le secteur public», assure Jochen Legleitner, le représentant de la SaarLB en France.
«Le premier trimestre 2013 affiche une activité plutôt soutenue. La demande est encore forte dans le secteur public», assure Jochen Legleitner, le représentant de la SaarLB en France.
«Le premier trimestre 2013 affiche une activité plutôt soutenue. La demande est encore forte dans le secteur public», assure Jochen Legleitner, le représentant de la SaarLB en France.
«Le premier trimestre 2013 affiche une activité plutôt soutenue. La demande est encore forte dans le secteur public», assure Jochen Legleitner, le représentant de la SaarLB en France.

«Le premier trimestre 2013 affiche une activité plutôt soutenue. Les carnets de commandes se remplissent et la demande est encore forte dans le secteur public.» Dixit Jochen Legleitner, le représentant de la SaarLB en France à l’occasion de la divulgation des résultats de cette banque transfrontalière à la fin du mois dernier. Installée en Lorraine avec son antenne messine depuis 2004, l’organisme bancaire affiche des résultats pour 2012 plus que satisfaisants, notamment dans le Grand-Est hexagonal. 59,4 millions d’euros de résultat après impôts (contre 22,2 millions en 2011). «Le résultat 2012 est la meilleure preuve du succès de notre approche commerciale transfrontalière», assure Thomas Christian Buchbinder, le président du comité de direction de la SaarLB.

Fonds propres renforcés

«Nous avons pu améliorer régulièrement sur plusieurs années notre résultat dans le cadre des opérations avec les clients. Nous sommes entre-temps arrivés à un niveau record. C’est une excellente position pour continuer à renforcer nos fonds propres.» Raisons de ce succès bancaire : le renforcement dans les activités principales de la banque avec en tête de proue la clientèle d’entreprises, l’immobilier et le financement de projets. «Nous souhaitons encore réaliser de meilleurs résultats cette année», confie Jochen Legleitner. En France, si le contexte économique est globalement réservé «les marges se situent à bon niveau et elles ont même continué à augmenter dans certains segments opérationnels.» Ce sont les financements des projets issus des énergies renouvelables (qui pourraient réellement faire leur grand retour, notamment, dans le domaine du photovoltaïque) qui devraient booster l’activité. Le transfrontalier bancaire, cela semble avoir du bon.