Financement

Une pré-garantie pour les artisans lorrains

Les Chambres de Métiers et de l’Artisanat de Lorraine viennent de signer un protocole de collaboration, le 6 juin à Laxou, avec la SIAGI pour accroître l’accès au financement et au crédit bancaire des artisans. Fer de lance de cette action : le pack «Prêt à financer».

374
Le pack «Prêt à financer» à destination des artisans vient d’être lancé à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Meurthe-et-Moselle.
Le pack «Prêt à financer» à destination des artisans vient d’être lancé à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Meurthe-et-Moselle.
Le pack «Prêt à financer» à destination des artisans vient d’être lancé à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Meurthe-et-Moselle.
Le pack «Prêt à financer» à destination des artisans vient d’être lancé à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Meurthe-et-Moselle.

Nom de code : pack «Prêt à financer ». Objectif : renforcer l’accès au crédit bancaire et au financement des entreprises artisanales. La SIAGI (Société interprofessionnelle artisanale de garantie d’investissement), société de caution mutuelle de l’artisanat créée en 1966 par les Chambres de Métiers, vient de lancer ce fameux outil début juin en Lorraine dans les locaux de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Meurthe-et-Moselle à Laxou. «Dans le contexte économique actuel, la mise en oeuvre de mécanismes de garantie est un facteur clé pour la viabilité des projets», assure Bernard Stalter, le président de la SIAGI. Ce fameux pack «Prêt à financer» doit remplir cette mission. Cette pré-garantie bancaire est octroyée après une validation décernée par les experts des chambres sur la faisabilité économique du projet. La SIAGI appose son tampon de validation financière et l’artisan peut ainsi obtenir une pré-garantie de crédit en amont de la décision des banques. Un atout supplémentaire pour faire pencher la balance dans le bon sens lors de l’examen du dossier par les organismes bancaires.

Rassurer les commissions d’engagement

«Avec cette pré-garantie, l’artisan sera ainsi en position de force pour obtenir son crédit auprès de l’établissement bancaire de son choix.» Une garantie supplémentaire quasiment indispensable car les banques sont de plus en plus regardantes pour l’obtention de crédit et de plus en plus exigeantes en matière de garanties. «Tout ce qui peut rassurer nos commissions d’engagement est une bonne chose. Notre rôle est toujours de prêter de l’argent», assure Pascal Jan, le représentant du Comité local des banques de la Fédération bancaire française pour la Meurthe-et-Moselle. Avis de banquier rassurant au demeurant pour l’avenir de ce nouveau dispositif. Trente trois départements sont aujourd’hui concernés par ce pack. L’objectif affiché par la SIAGI est d’atteindre les mille opérations au niveau national avant la fin de l’année soit une petite dizaine de dossiers par chambre de Métiers. Des dossiers ciblés sur la création, la reprise et croissance d’entreprises artisanales et tous les financements d’actifs sur une période de trois à quinze ans. Une bouffée d’oxygène financière bienvenue pour les artisans (s’ils arrivent à être éligibles). Aujourd’hui seulement deux artisans sur dix font appel à des sociétés de caution mutuelle.