CDJ d’Épinal

Une «Prestige»… existentielle

Le 7 juin, le Centre des jeunes dirigeants (CJD) d’Épinal fête ses 75 ans à l’occasion d’une Soirée «Prestige» à la patinoire spinalienne. Après trois quart de siècle d’existence, ce groupement de «libertaires responsables» invite les entrepreneurs vosgiens (et les autres) à s’interroger sur le changement de vie… choisi ou subi.

396
«Changer de vie, un choix ou une nécessité ?» C’est le thème proposé ce 7 juin par le CJD d’Épinal à l’occasion de sa Soirée «Prestige». Tout un programme… existentiel.
«Changer de vie, un choix ou une nécessité ?» C’est le thème proposé ce 7 juin par le CJD d’Épinal à l’occasion de sa Soirée «Prestige». Tout un programme… existentiel.
«Changer de vie, un choix ou une nécessité ?» C’est le thème proposé ce 7 juin par le CJD d’Épinal à l’occasion de sa Soirée «Prestige». Tout un programme… existentiel.
«Changer de vie, un choix ou une nécessité ?» C’est le thème proposé ce 7 juin par le CJD d’Épinal à l’occasion de sa Soirée «Prestige». Tout un programme… existentiel.

Changer de vie ? À un moment cette question se pose comme un fait presque naturel. Tout à chacun (ou presque) a eu, ou aura, cette interrogation existentielle sur un plan personnel ou professionnel voire les deux. D’autres n’auront pas à l’attendre car les cavaliers du destin s’en chargeront à leur place en bien ou en mal. «Changer de vie, un choix ou une nécessité ?» C’est autour de cette question que les troupes du Centre des jeunes dirigeants (CJD) d’Épinal annoncent la tenue ce 7 juin à la patinoire spinalienne, à partir de 18 h 45, de leur traditionnelle Soirée «Prestige». Un temps fort et de partage dans la vie de ce mouvement de jeunes dirigeants représentatifs du tissu économique défendant l’idée d’un libéralisme responsable. «Tous les deux ans, nous invitons à faire une pause dans notre quotidien pour découvrir un regard neuf ou impertinent sur notre vie professionnelle lors de cet événement de la soirée Prestige», expliquent les organisateurs. Dans la période incertaine actuelle, le thème générique annoncé est loin d’être anodin. Terminé les sujets et rhétoriques d’antan sur la performance, le dépassement de soi, la motivation à outrance. Ces «boosters» de compétitivité ne semblent plus être de mises. De nouveau, retour à l’humain avec un grand H (comme une prise conscience bien tardive).

Autissier et Croizon en témoins

Têtes de proue de cette rencontre vosgienne, deux grands témoins. La navigatrice Isabelle Autissier (de passage également la veille en terres lorraines mais du côté de l’Association des entrepreneurs de Rives de Meurthe à Nancy) et Philippe Croizon, amputé des quatre membres et vainqueur à la nage du bras de mer entre l’Hexagone et l’Angleterre : la Manche. Ces deux figures apporteront leur contribution à cette réflexion existentielle. Plus terre à terre mais tout aussi intéressant, Denis Heftre, consultant expert en ressources humaines et directeur du cabinet ADH éclairera de son expérience d’accompagnement dans la réalisation des projets de changement de vie des chefs d’entreprise ou de leurs collaborateurs. «Cette année encore, nous proposons un sujet singulier et des témoignages hors du commun pour repenser notre vie et ses méandres, pour réfléchir sur nos idées reçues et les moyens de les dépasser.» Derrière ce temps d’arrêt pour se laisser bercer «par ce rêve douillet d’un changement de vie choisi» apparaît le spectre de l’éternel dilemme du «réussir sa vie» ou de «réussir dans la vie». Dans une société où le verbe «Avoir» prime, jusqu’à l’outrance, sur son homologue «Être», se poser déjà la question, même lors d’une soirée conviviale et festive, apparaît déjà comme une prise de conscience salutaire.