Emploi

Essilor joue la carte MRS

Essilor a choisi la méthode de recrutement par simulation (MRS) proposée par Pôle Emploi pour embaucher huit opérateurs polyvalents en contrat de professionnalisation sur son site de la Compasserie à Ligny-en-Barrois. L’Asfor 55 prodiguera la partie théorique de la formation.

350
Près de soixante-dix demandeurs d’emploi ont participé aux deux réunions d’information leur présentant le projet d’Essilor.
Près de soixante-dix demandeurs d’emploi ont participé aux deux réunions d’information leur présentant le projet d’Essilor.
Près de soixante-dix demandeurs d’emploi ont participé aux deux réunions d’information leur présentant le projet d’Essilor.
Près de soixante-dix demandeurs d’emploi ont participé aux deux réunions d’information leur présentant le projet d’Essilor.

«La motivation des candidats reste primordiale. Si vous ressentez le moindre doute, ne vous engagez pas dans cette aventure, qui demandera forcément une forte implication. Quand on met en place une formation pour huit personnes, on ne peut pas se permettre d’en perdre un ou deux en cours de route». C’est avec ces termes que Djellali Chaou, le directeur de l’agence de Pôle Emploi de Bar-le- Duc a conclu la réunion d’information organisée le 11 juillet. Et pour cause, en invitant soixante-douze demandeurs d’emploi à ce rendez-vous, l’objectif était de leur présenter le projet d’Essilor. Le groupe spécialisé dans l’optique a choisi de recruter huit opérateurs polyvalents en optant pour le contrat de professionnalisation. Pour procéder à la sélection, la plate-forme de vocation de Pôle Emploi de Nancy avait fait le déplacement. Entre le 15 et le 17 juillet, près de quarante personnes ont passé les tests avec une particularité. La méthode de recrutement par simulation permet de repérer les habilités chez les candidats en termes de capacités d’observation, de qualité des gestes répétitifs ou encore de dextérité. «On ne regarde ni le passé, ni le CV, ni les diplômes», prévient Pôle Emploi. Cette méthode a déjà fait ses preuves. En Meuse, plusieurs entreprises l’ont utilisée, comme récemment le Leclerc Drive.

Développer l’employabilité
À l’issue des exercices pratiques, vingtquatre candidats seront proposés aux ressources humaines d’Essilor, qui se chargeront des entretiens individuels. Les huit personnes sélectionnées démarreront dès le 29 juillet une POE (Préparation opérationnelle à l’emploi) prodiguée par l’ASFOR 55. Le programme se veut chargé avec 259 heures. Et à compter du 1er octobre, les demandeurs d’emploi débuteront leur certificat de qualification paritaire de la métallurgie (CQPM). Reconnu par la profession, ce diplôme de niveau V validera douze capacités professionnelles pour obtenir le titre d’opérateur polyvalent d’équipe autonome. Ils seront formés en alternance jusqu’en septembre 2014. Cette aventure ne se terminera pas par un CDI. Pour Essilor, l’intérêt est de développer l’employabilité des candidats locaux en comptant sur un vivier de personnes qualifiées pour des missions d’intérim ou des contrats moins précaires (CDD ou CDI). Du côté des demandeurs d’emploi, les avantages sont nombreux, puisqu’ils auront un pied dans l’industrie et une certification obtenue, venant enrichir leur CV. Après un premier trimestre difficile, Pôle Emploi a constaté une reprise des offres d’emploi pour les intérimaires et le secteur du BTP. Cette nouvelle opération est «satisfaisante, mais on reste prudent. Il va falloir attendre les prochains mois pour voir si la petite embellie se confirme ou non», prévient Djellali Chaou.