Brigitte Jamart, directrice de l'EEIGM

«L’apprentissage est aussi synonyme d’excellence»

L’École européenne d’ingénieurs en génie des matériaux de Nancy, la seule de ce type en France, ouvrira sa formation par apprentissage en septembre 2013. Grâce à son parcours international de formation, l’établissement innove encore et permet à ses étudiants d’acquérir une solide culture européenne ainsi qu’une formation pratique très pointue. Présentation de cette nouvelle formation avec Brigitte Jamart, la directrice, qui vient d’être réélue pour cinq ans à la tête de l’établissement.

575
L'EEIGM de Nancy ouvrira une formation d'ingénieurs en génie des matériaux par apprentissage, «un cursus tout aussi exigeant que la formation classique» selon Brigitte Jamart, sa directrice.
L'EEIGM de Nancy ouvrira une formation d'ingénieurs en génie des matériaux par apprentissage, «un cursus tout aussi exigeant que la formation classique» selon Brigitte Jamart, sa directrice.
L'EEIGM de Nancy ouvrira une formation d'ingénieurs en génie des matériaux par apprentissage, «un cursus tout aussi exigeant que la formation classique» selon Brigitte Jamart, sa directrice.
L'EEIGM de Nancy ouvrira une formation d'ingénieurs en génie des matériaux par apprentissage, «un cursus tout aussi exigeant que la formation classique» selon Brigitte Jamart, sa directrice.

Les Tablettes Lorraines : L’EEIGM va accueillir en septembre prochain sa première promotion d’étudiants ingénieurs en apprentissage ?
Brigitte Jamart : De par notre enseignement international nous avons l’habitude de travailler avec des étudiants étrangers, européens et non-européens. Nous avons pu constater les différences d’approche en matière de formation, nous savons qu’une formation différente est une plus-value. De plus l’État nous pousse à ouvrir nos portes à ce type de formation, la Région a lancé un appel d’offres et proposé de financer ces formations, en collaboration avec le centre de formation par apprentissage du Lycée Loritz. Nous avons ensuite obtenu, en avril l’accréditation de la Commission des titres d’ingénieur, lancé le recrutement dans la foulée et prospecté pour trouver des entreprises partenaires. Nous sommes prêts à accueillir quinze apprentis, un quota défini par rapport à notre nombre d’étudiants.

À qui est ouverte cette formation ?
Elle s’adresse à des étudiants qui se sont engagés dans des filières courtes, nous recrutons au niveau DUT et BTS dans les domaines de la chimie, physique et génie des matériaux. Le recrutement s’est effectué dans un laps de temps très court, mais nous avons tout de même reçu quarante-deux dossiers de candidature. Preuve que l’ouverture de ce cursus répond à un réel besoin. Une fois leur niveau vérifié, les étudiants suivront donc une formation mixte, 40 % académique et 60 % dans l’industrie.

Quelle est la particularité de ce nouveau cursus ?
Ce n’est en aucun cas une formation au rabais, l’apprentissage est aussi synonyme d’excellence, les apprentis passeront le même diplôme que les autres étudiants. Leur cursus comprendra une période d’enseignement couplée avec des périodes de recherche dans un laboratoire partenaire en Suède, dans lequel ils effectueront également un stage de fin d ‘année. Les apprentis suivront une formation généraliste sur les matériaux et seront encadrés régulièrement, puis évalués par un tuteur académique et un tuteur industriel. Et statut européen de notre école, oblige, nous aurons à leur égard les mêmes exigences en ce qui concerne l’apprentissage et la pratique des langues étrangères. À leur sortie d’école, ils devront maîtriser quatre langues : le français, l’anglais, l’allemand et l’espagnol.

L’EEIGM est la première école d’ingénieurs à se lancer dans l’aventure, n’est-ce pas un pari risqué ?
C’est un gros défi mais nous y croyons. Les liens entre l’ Université et l’Entreprise sont en train de se resserrer. Nousavons constaté que de nombreuses entreprises se montrent intéressées par la perspective d’embaucher des ingénieurs formés en apprentissage. Je viens d’être reconduite à la direction de l’école pour cinq ans, et développer cette nouvelle formation est un beau challenge à relever.