Santé

Question de sécurité…

Le personnel hospitalier… une cible en matière d’agression ! Le 10 juillet, Laurent Guilmet, directeur départemental de la sécurité publique de la Meuse et Jean- Pierre Mazur, le directeur du Pôle Santé sud meusien en présence d’Isabelle Dilhac, préfète de la Meuse, ont signé une convention de partenariat avec la police nationale pour tenter d’endiguer […]

399

Le personnel hospitalier… une cible en matière d’agression ! Le 10 juillet, Laurent Guilmet, directeur départemental de la sécurité publique de la Meuse et Jean- Pierre Mazur, le directeur du Pôle Santé sud meusien en présence d’Isabelle Dilhac, préfète de la Meuse, ont signé une convention de partenariat avec la police nationale pour tenter d’endiguer le problème. «Les agressions envers le personnel hospitalier sont une réalité qui exige une prise en compte préventive et partenariale alors que les agresseurs de médecins, de personnels paramédicaux et administratifs, sont souvent des personnes alcooliques, toxicomanes ou souffrant de troubles mentaux graves. Le personnel hospitalier agressé dans l’exercice de ses fonctions ne doit pas hésiter à déposer plainte», assurent les signataires. Cette convention est la déclinaison départementale d’un protocole national datant de 2010.

Verdun

Un ICD à l’automne

ICD pour Ilot de Constructions Durables ! Le vaste chantier de déconstruction en cours de sept immeubles de la rue André Malraux dans le quartier des Planchettes s’affiche comme les prémices d’un vaste programme de rénovation urbaine. Une partie de l’espace prochainement libérée devrait permettre la construction à l’automne d’une quarantaine de logements individuels et intermédiaires au sein de ce fameux ICD. Ce programme bénéficie d’une labellisation BBC (Bâtiment Basse Consommation) conforme à la Réglementation thermique 2012.

Bacheliers

À vos bourses…

Une bourse départementale complémentaire pour les étudiants issus des familles les plus modestes ! L’exécutif départemental informe de la mise en place de cette aide qui vient en complément des bourses sur critères sociaux. Elle s’adresse aux jeunes bacheliers ayant obtenu la mention «Bien» au baccalauréat, qui s’engagent dans une première année d’études supérieures et dont les parents ont leur résidence principale dans le département. «Cela permet de soutenir de nombreux jeunes quelle que soit la filière d’enseignement supérieur choisie. Son montant est limité à 2 000 euros», précise le Conseil général. Le retrait du dossier de demande peut être effectué jusqu’au 30 septembre. Pour plus d’infos www.meuse.fr