Comités d’entreprise

Étape nancéienne d’un salon ciblé

Le parc des expositions de Vandoeuvre a accueilli la troisième édition du Salon des comités d’entreprise et des collectivités de Lorraine dans un climat où le marché des comités d’entreprise est également touché par la conjoncture actuelle. Pas facile pour les exposants présents de convaincre.

408

Pour qu’un comité d’entreprise soit fort il faut naturellement une masse salariale solide. Petit problème aujourd’hui, l’économie nationale détruit plus d’emplois qu’elle n’en crée. État de fait établi à nouveau dans la dernière note nationale de conjoncture de l’Insee. C’est dans ce climat que se tiennent les différentes éditions régionales du Salon des comités d’entreprise et des collectivités. L’étape nancéienne de ce tour de France (une vingtaine dans l’Hexagone) s’est déroulée jeudi dernier dans le hall A du parc des expositions de Vandoeuvre. «C’est sûr que le climat n’est pas vraiment favorable, mais cela n’empêche pas aux Comités d’entreprise de s’adapter et de choisir de nouvelles offres en matière de prestations culturelles ou de loisirs pour les collaborateurs des entreprises», assure Carmelo Filippone de France CE, organisateur de cette manifestation.

354 millions d’euros en Lorraine

Preuve des interrogations légitimes de cet univers, une des conférences matinales affichait comme thème générique «Crise économique : quels sont les moyens d’action et de prévention pour le CE» sans oublier les volets dialogue social avec des points d’actualités sur le plan de licenciement ou encore les conséquences de la loi de sécurisation de l’emploi. Avec un budget estimé à près de 354 millions d’euros en Lorraine, le business lié aux comités d’entreprise est loin d’être négligeable. Les quelque soixante-dix exposants présents dans les allées du parc des expositions vandopérien l’ont bien compris. Des stands institutionnels sur le fonctionnement des CE, de la formation, de l’expertise en passant par les services aux salariés et surtout (en grande majorité) de loisirs, de coffrets et de chèques cadeaux, l’offre était abondante pour les quelque six cents visiteurs attendus par l’organisation. Pas facile de convaincre et séduire, les temps sont durs même pour les comités d’entreprise.