Vincent Gorce, nouveau directeur régional Grand Est de Renault

L’ Auvergnat et ses façons…

Nom : Gorce. Prénom : Vincent. Signe particulier : nouveau directeur régional Grand Est du constructeur Renault en remplacement de Charles Clausse parti au Mexique pour y faire percer la marque. Auvergnat d’origine, cet ingénieur aéronautique, produit pur jus du Losange, entend déjà mettre en avant le «Made in Lorraine », notamment du côté de la branche véhicules utilitaires de la marque.

1503
Vincent Gorce est le nouveau directeur régional Grand Est de Renault. Ce produit pur jus Renault entend faire jouer le «Made in Lorraine» au niveau de la marque.
Vincent Gorce est le nouveau directeur régional Grand Est de Renault. Ce produit pur jus Renault entend faire jouer le «Made in Lorraine» au niveau de la marque.
Vincent Gorce est le nouveau directeur régional Grand Est de Renault. Ce produit pur jus Renault entend faire jouer le «Made in Lorraine» au niveau de la marque.
Vincent Gorce est le nouveau directeur régional Grand Est de Renault. Ce produit pur jus Renault entend faire jouer le «Made in Lorraine» au niveau de la marque.

À peine arrivé dans la région, il vous parle déjà du «Made in Lorraine» et de son souhait affiché «de travailler dessus car j’ai l’impression qu’il est sous-estimé au niveau de la marque. Il y a du potentiel ». Allusion faite par Vincent Gorce, le nouveau patron de la direction régionale (DR) Grand Est de Renault, à la branche VU (véhicules utilitaires) du Losange et de l’emblématique usine Sovab de Batilly. «L’effet Sovab, on ne le sent pas encore assez dans nos chiffres». Cash, brut de fonderie et bon analyste, Vincent Gorce dans son nouveau costume de directeur régional. Direct comme un Auvergnat… il est de Clermont-Ferrand et comme tout bon Clermontois il a fait sa première expérience professionnelle chez Michelin. Cela vous forge une personnalité et surtout un savoir-être et une certaine éthique dans univers de l’automobile qui semble encore en avoir besoin. L’origine de ce produit pur jus Renault (ingénieur aéronautique de formation, renforcé par le passage en école de commerce à Lyon) est solidement gravée dans l’acier de sa passion pour l’automobile. Service militaire effectué en CSNE (Coopération du service national à l’étranger) au sein de la marque aux Pays-Bas pour le lancement d’une enquête qualité des véhicules neufs pour le réseau hollandais du constructeur. À sa sortie de sous les drapeaux, Renault l’embauche et celui qui souhaitait «avoir une expérience terrain» la trouve pendant deux ans comme chef d’atelier à Bordeaux. Un passage de sept ans ensuite par la case Cergy-Pontoise comme responsable de l’imposant centre de distribution de pièces et accessoires.

De bons auspices

Direction ensuite la Corée pour le démarrage de la partie exploitation de Samsung Motors. Retour en France dans la région lyonnaise en qualité de directeur d’établissement assurant la distribution de véhicules neufs et d’occasion, grossiste en pièces de rechange et la réparation mécanique et la carrosserie. Avant-dernière étape précédant celle d’aujourd’hui où il succède à Charles Clausse parti sous le soleil mexicain développer la marque. «Un parcours de carrière classique. Après un poste de directeur d’établissement, celui de directeur régional est une suite logique», assure tranquillement le nouveau patron de la DR Grand Est. Une direction régionale qu’il juge «comme plus qu’intéressante car très hétéroclite avec des territoires et des secteurs en crise et d’autres beaucoup plus riches. Un beau challenge !» Un challenge débuté sous de bons auspices avec, notamment de belles surprises suite aux dernières Journées portes ouvertes «réussies, avec des prises de commandes que l’on n’avait pas vues depuis la fin de la prime à la casse». Un bon signe pour le nouvel arrivant bien épaulé dans sa prise de fonction par l’aujourd’hui déjà Mexicain. Un passage de relais dans les règles du Losange, sans fioriture et en toute quiétude. Une prise en main du témoin entérinée il y a quelques jours sur le circuit de l’école de pilotage de Francis Maillet à Chambley. Tout un symbole dans la course au maintien des parts de marché. Côté angles d’attaque du nouveau pilote de la DR : «maintenir le cap dans un environnement très concurrentiel» et surtout, gage d’un bon capitaine «maintenir la rentabilité des affaires et du réseau». La course ne fait que commencer…