Commerce

Plein Ciel reprend la Sorbonne

La librairie la Sorbonne va rouvrir ses portes d’ici peu ! Reprise par Jean- Paul Poirot, PDG des papeteries Plein Ciel Expert d’Heillecourt et d’Essey-les-Nancy, avec un concept axé sur les fournitures de bureau à destination des professionnels principalement. 450 mètres carrés de surface, plus de 300 000 euros d’investissements et la création d’emplois à la clé. Cette opération se révèle un pari audacieux.

681
Jean-Paul Poirot, PDG des enseignes Plein Ciel d’Heillecourt et d’Essey-les-Nancy, vient de racheter la librairie la Sorbonne à Nancy, un pari audacieux.
Jean-Paul Poirot, PDG des enseignes Plein Ciel d’Heillecourt et d’Essey-les-Nancy, vient de racheter la librairie la Sorbonne à Nancy, un pari audacieux.
Jean-Paul Poirot, PDG des enseignes Plein Ciel d’Heillecourt et d’Essey-les-Nancy, vient de racheter la librairie la Sorbonne à Nancy, un pari audacieux.
Jean-Paul Poirot, PDG des enseignes Plein Ciel d’Heillecourt et d’Essey-les-Nancy, vient de racheter la librairie la Sorbonne à Nancy, un pari audacieux.

La librairie la Sorbonne, un temps connue sous le nom de librairie Stanislas située : au 12, rue Saint-Dizier à Nancy va renaître de ses cendres ! En mai dernier elle avait mis la clé sous la porte, elle vient de trouver un repreneur : la papeterie Plein Ciel. L’enseigne ouvrira un «Plein Ciel Expert», axé sur les fournitures de bureau sur le même modèle des boutiques existantes à Heillecourt et Essey-lès-Nancy. «La fermeture de la Sorbonne, une institution de la ville, que j’ai fréquenté comme tout un chacun, m’a touché. J’ai pensé qu’il y avait une carte à jouer dans le centre-ville sur ce créneau, qu’on pouvait ainsi éviter une énième ouverture de banque ou une boutique de portables», explique le PDG des papeteries Plein Ciel Expert. En effet la fermeture de la boutique «Chapitre» située au Centre Commercial Saint-Sébastien est annoncée pour la fin de cette année et Plein Ciel Ducher connaît quelques difficultés. Nancéien de souche et ancien propriétaire de la boutique Bureautique 54, l’entrepreneur est ravi de retrouver sa clientèle de centre-ville dans un nouvel espace remis à neuf de 450 mètres carrés avec à la clé la création de huit emplois.

Un pari audacieux

Un sacré challenge qui n’effraie pas ce sportif à l’âme de compétiteur, qui gère déjà deux boutiques, dont les 2 000 m² de l’espace d’Heillecourt. En comptant les travaux et l’investissement, l’opération lui coûte entre 300 000 et 400 000 euros, à laquelle il faut encore ajouter les 250 000 euros nécessaires à l’achat du stock. L’enseigne proposera des fournitures de bureau, mobilier compris, ainsi que du matériel informatique et accessoires, avec ouverture de comptes et services dédiés aux professionnels. Rattachée au groupe européen ADVEO qui possède quatre plates-formes de distribution en France : à Paris-Roissy, Valence, Châteauroux et Bordeaux, l’enseigne peut se prévaloir d’avoir des délais de livraison très courts. «J’ai décidé de me lancer seul dans cette aventure, j’ai déjà de l’expérience et j’y crois. Les clients trouveront rue Saint-Dizier, le même esprit que dans mes boutiques d’Essey et d’Heillecourt, services et compétences. » Une recette qui semble avoir fait ses preuves.