Tourisme

Un moteur du Pacte Lorraine

Le tourisme, moteur indéniable du Pacte Lorraine. Le message est passé à l’occasion de la conférence annuelle du tourisme lorrain le 15 octobre dernier à la Maison régionale des sports de Tomblaine. Les différents acteurs ont pu, notamment découvrir les fameux contrats de destination jugés par le Conseil Régional comme des outils majeurs au service du développement de l’économie touristique régionale.

376
La conférence annuelle du tourisme lorrain, le 15 octobre dernier à la Maison des sports de Tomblaine, a mis en avant que le secteur était un moteur indéniable du récent Pacte Lorraine.
La conférence annuelle du tourisme lorrain, le 15 octobre dernier à la Maison des sports de Tomblaine, a mis en avant que le secteur était un moteur indéniable du récent Pacte Lorraine.
La conférence annuelle du tourisme lorrain, le 15 octobre dernier à la Maison des sports de Tomblaine, a mis en avant que le secteur était un moteur indéniable du récent Pacte Lorraine.
La conférence annuelle du tourisme lorrain, le 15 octobre dernier à la Maison des sports de Tomblaine, a mis en avant que le secteur était un moteur indéniable du récent Pacte Lorraine.

«L’économie touristique est un des leviers de la reconversion entreprise dans notre région et un maillon fort du récent Pacte Lorraine signé entre la Région et le gouvernement», dixit Rachel Thomas, vice-présidente du Conseil Régional de Lorraine chargée de l’économie touristique et de la promotion de la Lorraine et présidente du Comité régional du Tourisme de Lorraine, en préambule de la deuxième conférence du Tourisme, le 15 octobre dernier à la Maison des sports de Tomblaine. Neuf millions d’euros par an sont alloués à cette seule activité dans la région via le schéma régional de développement de l’économie touristique. «Ce schéma entre aujourd’hui dans sa phase opérationnelle après plusieurs temps de travail et de diagnostic des besoins», assure Rachel Thomas. Objectifs affichés : donner de la lisibilité à l’offre régionale et de la visibilité sur le marché national aux touristes potentiels pour qu’ils choisissent la Lorraine comme destination.

Cap sur les contrats de destination

Fer de lance de cette politique d’attractivité menée par le CRT (Comité régional du tourisme) Lorraine, véritable bras armé de l’exécutif régional en la matière : les contrats de destination phare de la région. Seize sont programmés dans le long terme et quatre sont déjà opérationnels : Nancy et son bassin de vie. Metz-Amnéville-les- Thermes. Les Hautes Vosges et celui baptisé «Verdun, Meuse, terre d’histoire » (qui devrait monter en puissance avec le centenaire de la Grande guerre annoncé dès l’année prochaine et qui s’étalera jusqu’en 2018). «Ces contrats se doivent de booster l’activité touristique dans la région. Nous devons continuer à monter en gamme tout en renforçant la professionnalisation des acteurs en étant par exemple réellement au rendez-vous du numérique», continue la vice-présidente de l’exécutif régional. Les quatre premiers contrats ont été passés au crible à l’occasion de la conférence de mi-octobre et les premiers bilans apparaissent encourageants. «Il nous reste beaucoup à faire, mais les choses avancent car il est urgent aujourd’hui de continuer à fédérer tous les acteurs du secteur». Des acteurs fédérés, à l’image de ceux du tourisme d’affaires (voir encadré) qui semblent avoir compris l’intérêt de jouer collectif sans occulter leur propre attractivité territoriale. En Lorraine, le secteur de l’économie touristique génère près de 23 000 emplois. Un pan de l’économie à part entière, encore faut-il le rappeler.