Union européenne

PME : soutien à l’Horizon

Au moment où s’achève le FP7, 7ème programme de financement européen de la recherche lancé en 2007, et où son successeur «Horizon 2020» s’apprête à prendre la relève, c’est l’heure du bilan : plus de 550 millions d’euros de financements ont été distribués à 2 000 PME françaises, dont 5,4 millions en Lorraine.

413
5,4 millions d’euros ont été distribués aux PME lorraines dans le cadre du programme FP7 de 2007 à aujourd’hui.
5,4 millions d’euros ont été distribués aux PME lorraines dans le cadre du programme FP7 de 2007 à aujourd’hui.
5,4 millions d’euros ont été distribués aux PME lorraines dans le cadre du programme FP7 de 2007 à aujourd’hui.
5,4 millions d’euros ont été distribués aux PME lorraines dans le cadre du programme FP7 de 2007 à aujourd’hui.

5,4 milliards d’euros versés aux PME européennes, dont plus de 550 millions à environ 2 000 PME françaises qui ont chacune perçu en moyenne 310 000 euros. C’est le bilan du FP7, le 7ème programme de financement pour la Recherche et l’Innovation de l’Union européenne, lancé en 2007 et qui s’achèvera fin 2013. 5,4 millions d’euros ont été versés aux entreprises lorraines. La région qui rafle le plus de subventions est l’Île-de-France avec 210 millions, suivie par la région PACA avec 79 millions. Celle qui touche le moins d’aides européennes est la région Champagne-Ardenne, avec 359 947 euros.

L’horizon du futur

Pour prendre la relève de FP7 qui arrive à échéance fin 2013, l’Union européenne a concocté un nouveau programme pour la période 2014- 2020 baptisé «Horizon 2020». Lancé en grande pompe par la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Geneviève Fioraso le 16 décembre dernier à La Sorbonne, ce programme définit trois priorités : l’excellence scientifique, la primauté industrielle et les défis sociétaux. Il regroupe l’actuel programme-cadre de recherche et développement technologique (7ème P.C.R.D.T.), Euratom, le programme-cadre pour la compétitivité et l’innovation C.I.P, ainsi que l’Institut européen d’innovation et de technologie (I.E.T.). Il entrera en vigueur dès janvier 2014. Il constituera un programme unique regroupant les financements en matière de recherche et d’innovation, et proposera un accès simplifié aux financements européens (attribution accélérée, modèle de coûts simplifiés).
Grâce à lui les PME européennes pourront bénéficier de 9 milliards d’euros de financements européens, dont 3 milliards d’euros seront distribués via un nouvel outil spécialement conçu pour elles afin de permettre le financement d’études de faisabilité et de démonstrations. But de l’opération : accélérer la mise sur le marché des innovations. Une autre partie du budget sera destinée à garantir les prêts effectués par les PME auprès des investisseurs publics et privés. «Ces 9 milliards d’euros ne sont qu’un début», indique Michael Jennings, Porte-parole du Commissaire européen Máire Geoghegan-Quinn pour la Recherche, l’Innovation et la Sciences. «Les PME sont le socle de l’économie européenne et représentent les 2/3 de l’emploi en Europe. Il est par conséquent primordial qu’elles bénéficient autant que possible des fonds européens pour continuer à générer des nouveaux produits, services et emplois».

«Occasion unique»

PME des Yvelines comptant une quarantaine d’employés, la société Induct s’apprête à bénéficier du financement Horizon 2020 et va recevoir plus de 980 000 euros de financements européens pour Navia, sa navette de transport en commun autopilotée et commercialisée en 2012, dans le cadre de sa participation au projet CityMobil 2. «Ce projet ouvre la perspective d’une évolution législative adaptée à ce type de véhicule écologique et performant. La possibilité d’établir des partenariats avec 12 villes européennes et d’étudier leurs besoins est une occasion unique pour INDUCT», se réjouit Pierre Lefevre, son directeur général. En plus de permettre aux PME de développer leur production et d’améliorer leurs produits, le dirigeant souligne que les fonds européens ont également un impact sur l’emploi, Induct ayant prévu dans sa stratégie de développement d’embaucher 65 personnes dans les 18 mois à venir.