Immobilier d’entreprises

Les chiffres de certains acteurs de l’immobilier d’entreprise en Lorraine sont loin d’être appréciés par les professionnels de la Pierre.
Les chiffres de certains acteurs de l’immobilier d’entreprise en Lorraine sont loin d’être appréciés par les professionnels de la Pierre.

La guerre des chiffres…

Les chiffres de certains acteurs de l’immobilier d’entreprise en Lorraine sont loin d’être appréciés par les professionnels de la Pierre.
Les chiffres de certains acteurs de l’immobilier d’entreprise en Lorraine sont loin d’être appréciés par les professionnels de la Pierre.

Un total de 67 000 m² transactés entre Nancy et Metz (35 000 m² pour la cité ducale et 32 000 m² pour sa voisine messine) en immobilier de bureaux. Beau score, voire très beau score en cette période conjoncturelle délicate. Dans son bureau nancéien, François Suty, le directeur d’Acte CBRE pour la Lorraine constate que «le marché affiche une bonne stabilité et que les perspectives sont loin d’être mauvaises.» Celui qui affirme détenir 72 % des parts de marché de l’immobilier d’entreprises dans la région est rejoint dans son analyse par Nancy Spann, directeur associé de BNP Paribas Real Estate. Cet autre major du secteur affirme, à l’occasion d’une présentation à l’Aduan (Agence de développement et d’urbanisme de l’aire urbaine nancéienne) mi-février avoir enregistré 30 000 m² de transactions en matière de bureaux sur la seule agglomération nancéienne.

Grande prudence…
Jusque-là tout va bien ou presque. Petit problème par rapport aux chiffres divulgués par Acte CBRE dans la région, ils ont tout simplement fait l’effet d’une bombe d’indignation dans la sphère des professionnels de l’immobilier d’entreprises, nancéienne principalement. «Lancer ce type de chiffres n’avance à rien. Dans l’état des outils statistiques disponibles sur l’agglomération nancéienne, on ne peut que donner des tendances», explique Jean-Marc Gilson d’Arthur Loyd et Picard Immobilier. D’autres n’hésitent pas à tirer à vue sur ces statistiques jugées tout simplement infondées. «Certains parlent plus fort que d’autres et c’est bien dommageable Dire d’avoir 100 % des parts de marchés aurait été la même chose», confie Nadia Gintzburger de DTZ conseil en immobilier d’entreprise à Villers-lès-Nancy. Il n’en demeure pas moins qu’à l’heure actuelle, ces chiffres à appréhender avec la plus grande prudence, sont les seuls à avoir été rendus publics. Dans les jours à venir, d’autres acteurs du marché devraient faire de même. Des tendances de marché régionales qui seraient tout de même plus pertinentes si elles étaient regroupées dans un véritable observatoire commun aux différents protagonistes. Reste juste à les mettre tous d’accord pour cette option plus qu’intelligente. Chose quasi impossible aujourd’hui… dommage !

PARTAGER
Article précédentEdito
Article suivantDroit