Sortir

Une petite histoire du grand Univers Samedi 29 mars à 15h Salle Poirel Que faut-il pour faire un univers ? Du temps ? De l’espace ? Nous avons la chance de pouvoir contempler l’univers, loin, très loin… Les astronomes ont réussi à recomposer son histoire qui commence par : «Il était une fois le Big […]

316

Une petite histoire du grand Univers
Samedi 29 mars à 15h Salle Poirel

Que faut-il pour faire un univers ? Du temps ? De l’espace ? Nous avons la chance de pouvoir contempler l’univers, loin, très loin… Les astronomes ont réussi à recomposer son histoire qui commence par : «Il était une fois le Big Bang» ! Mais sait-on ce qu’il y avait avant le Big Bang ? Savons-nous si l’univers est plein, vide, infini ou ressemble à un ballon rond ? Animées par l’astrophysicien Daniel Kunth, les «petites conférences lumières» n° 2, destinées aux enfants à partir de 10 ans, ont un thème qui donne le vertige…

Virgile Debar
Du 3 avril au 31 mai Galerie Bora Baden

La galerie Bora Baden rouvre après trois mois de lifting. C’est avec l’exposition de Virgile Debar qu’elle inaugure son nouvel espace. Peintre, dessinateur et enfant du pays, l’artiste s’amuse à prendre le spectateur à contre-pied avec ses mises en scènes d’imageries et de personnages à la fois décalés et familiers, témoin de son époque avec une certaine lucidité et une bonne dose d’humour.

 

 

 

Joyce Jonathan
Jeudi 27 mars à 20h30
L’Autre Canal

Joyce Jonathan n’est pas que la belle fille du Président de la République, elle a aussi une jolie voix. Comme Grégoire ou Irma, c’est grâce au site de financement participatif My Major Company qu’elle commence sa carrière, et sort un premier album en 2010, «Sur mes gardes». Très vite le succès est au rendez-vous : l’album est certifié platine en France seulement cinq mois après sa sortie. Depuis, la petite protégée de Louis Bertignac a rejoint le label Polydor et a publié un deuxième album, «Caractère», en juin 2013, et il semble qu’elle s’impose désormais comme une valeur «sûre» de la chanson française.

 

 

 

 

 

Rachid Badouri, «Arrête ton cinéma» Jeudi 27 mars à 20h
Salle Poirel

Rachid Badouri se transforme à l’envi avec force, mimiques et gesticulations. Tour à tour Michael Jackson, italian lover gominé, rappeur ou organisateur de soirées latinos, le danseur hors pair enflamme la scène avec une énergie débordante et une tchatche dévastatrice. Personnage incontournable du spectacle, le père de l’humoriste débarque souvent pour reprocher à son fils de négliger ses racines marocaines au profit d’une vie québécoise trépidante. Choc des cultures et des générations garanti.

PARTAGER
Article précédentEdito
Article suivantDroit