Droit :

L’ACE en toute compétitivité

Compétitivité à tous les étages pour le dernier petit déjeuner de l’ACE (Association des avocats conseils d’entreprises) à Nancy, et pour la première fois en simultanée à Épinal, avant la trêve estivale. Une compétitivité d’actualité, vu les événements sportifs du moment, mais loin d’être une réalité pour les entreprises

323
La compétitivité au cTmur des préoccupations de l’ACE le 3 juillet à Nancy.
La compétitivité au cTmur des préoccupations de l’ACE le 3 juillet à Nancy.
La compétitivité au coeur des préoccupations de l’ACE le 3 juillet à Nancy.
La compétitivité au coeur des préoccupations de l’ACE le 3 juillet à Nancy.

 » La vraie compétitivité, c’est celle assurée dans la pérennité.» Frédéric Ferry, le président de l’ACE Lorraine cite l’ancien coureur automobile Alain Prost, en ouverture du dernier petit déjeuner d’information de l’association à Nancy le 3 juillet, avant de fler ensuite à Épinal où la même matinale était organisée simultanément. une première dans la vie de l’association, preuve de sa volonté d’ouverture régionale. «En route vers la compétitivité : étape de plat ou col hors catégorie ?», un thème clin d’Tmil aux actualités sportives du moment (Coupe du Monde et Tour de France pour celles et ceux qui seraient passés à côté).

Et l’attractivité…

L’équipe du jour de l’ACE, composée de Caroline Cunat pour le droit Commercial, Nathalie Bailly-Cahen pour le droit du Travail et de Jacques Guénot pour le droit Fiscal ont assuré la cadence matinale en ciblant les dernières échappées, juridiques et législatives. «La caravane publicitaire est en marche», ose Jacques Guénot en mentionnant la future loi de Finances rectifcative avec, notamment la mesure de proroger la contribution exceptionnelle à l’IS (Impôt sur les Sociétés) jusqu’aux exercices clos le 31 décembre 2016 des entreprises réalisant un CA supérieur à 250 millions d’euros. Si la quasi-totalité des PME régionales sont loin d’être concernées il n’en demeure pas moins pour l’homme de Droit que «ce type de mesure n’est pas faite pour renforcer l’attractivité du pays»… sans parler du risque de délocalisation qu’elle pourrait entraîner. La compétitivité, c’est loin d’être facile pour les entreprises si l’attractivité est en panne. Délicat dans ces conditions de réellement remonter la pente.