3 questions à … Stéphane Mangin

Nancy vient d’accueillir le congrès «Nanomatérials 2014» où plusieurs experts internationaux des nanotechnologies étaient présents. L’occasion de démontrer que des passerelles réelles entre le monde de la Recherche et celui de l’Entreprise existent.

992
Stéphane Mangin Chercheur à l’Institut Jean Lamour
Stéphane Mangin Chercheur à l’Institut Jean Lamour
Stéphane Mangin Chercheur à l’Institut Jean Lamour
Stéphane Mangin Chercheur à l’Institut Jean Lamour

1.Quel était l’objectif de ce congrès ?
Stéphane Mangin : Le but était de se faire rencontrer le monde de la Recherche et celui de l’Entreprise avec, notamment, un forum organisé par la CCI de Lorraine sur l’usage des nanomatériaux.

2. On dit souvent que le monde de la Recherche et celui de l’Industrie se méconnaissent, les choses changent-elles réellement ?
S.M : Le programme «Tube DAUM», un outil unique au monde permettant de travailler en «ultravide» une condition indispensable pour la conception de nanomatériaux, prouve que les choses avancent dans le bon sens. En 2015, il sera totalement opérationnel au cœur du campus Artem avec une partie où les entreprises pourront tester et faire développer leurs nanomatériaux.

3. La Lorraine est donc aujourd’hui une place forte en la matière ?
S.M : Il est certain que nous avons un atout indéniable. Nous travaillons avec la Grande Région pour capter des entreprises intéressées par le développement de cette technologie.