Université d’été du Medef

7 000 entrepreneurs pour sept défis à relever

Pierre Gattaz, président du Medef a ouvert l’Université d’été sur le campus d’HEC fin août en présence de Manuel Valls, Premier ministre.

359
Parmi les 7 000 chefs d’entreprise de l’université du Medef, les Lorrains étaient naturellement présents.
Parmi les 7 000 chefs d’entreprise de l’université du Medef, les Lorrains étaient naturellement présents.
Parmi les 7 000 chefs d’entreprise de l’université du Medef, les Lorrains étaient naturellement présents.
Parmi les 7 000 chefs d’entreprise de l’université du Medef, les Lorrains étaient naturellement présents.

Les Lorrains étaient au rendez-vous et parmi eux les 7 000 chefs d’entreprise auxquels le Premier ministre a déclaré : «La France a besoin de vous, la France doit savoir être à vos côtés parce que la concurrence mondiale ne nous fait pas de cadeau ! En 2015, nous déciderons 40 milliards de baisse pour que les entreprises puissent repartir : Baisse du coût du travail, baisse de l’impôt sur les sociétés, notre responsabilité est collective pour rendre à la France son attractivité.» Pierre Gattaz, le président du Medef évoque : «Un discours courageux, et qui nous fait du bien mais les 40 milliards du Pacte de Responsabilité ne sont pas encore dans nos entreprises. Au Medef nous proposons les indispensables accélérateurs de croissance qu’il faut aller chercher immédiatement.»

Sept défis à relever
Sept défs à relever pour les troupes de Pierre Gattaz : la mondialisation : 7,5 milliards d’individus à équiper en simplifiant les structures d’aide à l’export en initiant une dynamique conquérante sur les marchés européens. La construction européenne : un marché de 506 millions de consommateurs et de 23 millions d’entreprises. Le numérique est la 3ème révolution industrielle pour conquérir le marché mondial. La transition énergétique et le développement durable avec comme engagement immédiat, comme levier de compétitivité, de croissance et d’emplois. L’utilisation des filières du futur vers la croissance de l’urbanisation, du vieillissement de la population, du nombre de handicapés, vers nos besoins croissants de sécurité sanitaire et alimentaire. Faire preuve d’audace créatrice en créant un visa start-up en accélérant et en rénovant l’offre des pôles emplois pour les entreprises par le biais des Medef territoriaux. Favoriser l’épanouissement des femmes et des hommes pour faire de l’entreprise un lieu de création, de richesse et de performance économique. Dans le campus, henri-Pierre Orsoni, directeur d’Arcelor Mittal Atlantique et Lorraine, qui porte, comme Pierre Gattaz le pins «Un million d’emplois» est enthousiasmé par le discours du Président du Medef et surtout par l’évidence des mesures de bon sens à prendre immédiatement. Même analyse pour Alain Juppé, ancien Premier ministre. On discute aussi de la déclaration d’Emmanuel Macron sur la suppression des 35 heures. Pierre Gattaz développe alors la synthèse des travaux du Medef symbolisée sous la forme de l’arbre de la croissance. Pour qu’il se développe, créé des richesses et des emplois l’arbre a besoin d’un terreau de compétitivité fertile et favorable et d’un environnement de confiance. «Avec les engagements du Premier ministre, nous allons construire la France qui gagne, la France des bâtisseurs, créateurs, des exportateurs, des innovateurs !» Les chefs d’entreprise lorrains du Medef ont partagé cette volonté d’accélérer la croissance et d’appliquer la formule dans leurs départements respectifs. Christine Bertrand et Philippe Tourrand, dopés par les rencontres avec Laurent Solly, directeur général de Facebook France, Françoise Gri, directrice générale Groupe Pierre & Vacances-Center Parcs, Denis Kessler, PDG de Scor, Patrick de Maeseneire , PDG du Groupe Adecco , Wu Jianmin, ancien ambassadeur de Chine, ont aussi retrouvé Nadine Morano, invitée dans l’Espace Santé innovation par Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président délégué, président du Pôle Économie du Medef. Bref, une université réussie.

martine.cornevaux