Formation

Cnam Lorraine : une rentrée en toute confiance

À l’aube de l’entrée en vigueur d’une énième réforme, mais pas des moindres, de la formation professionnelle applicable en janvier 2015 et devant recadrer bon nombre de choses, le Cnam (Conservatoire national des arts et métiers) Lorraine affiche une sérénité quasi inébranlable basée sur une implication territoriale adaptée et de plus en plus ouverte vers la Grande Région.

381
«En matière de recrutement et de formation, les entreprises n’ont plus droit à l’erreur», assure Guy Keckhut, le directeur adjoint du Cnam Lorraine.
«En matière de recrutement et de formation, les entreprises n’ont plus droit à l’erreur», assure Guy Keckhut, le directeur adjoint du Cnam Lorraine.
«En matière de recrutement et de formation, les entreprises n’ont plus droit à l’erreur», assure Guy Keckhut, le directeur adjoint du Cnam Lorraine.
«En matière de recrutement et de formation, les entreprises n’ont plus droit à l’erreur», assure Guy Keckhut, le directeur adjoint du Cnam Lorraine.

«Former aux métiers que la Lorraine a besoin aujourd’hui et demain.» La marque de fabrique n’a pas changé, mieux elle a évolué et s’est adaptée au fl du temps «et des besoins d’un monde économique, social et professionnel qui bouge.» Dans les locaux nancéiens du Cnam (Conservatoire national des arts et métiers) Lorraine, Guy Keckhut, son directeur adjoint, sait pertinemment que son organisme s’affiche comme l’un des principaux moteurs de la formation professionnelle des adultes tout au long de leur vie. Le bilan de sa rentrée 2014 semble confirmer cet état de fait. Un chiffre à lui tout seul a tendance à démontrer l’adaptabilité du Cnam à la mouvance sociétale actuelle : 457, c’est le nombre de contrats de professionnalisation et d’apprentissage enregistrés dans les formations du Cnam dans la région toutes sections confondues (de l’historique Expertise-comptable ou encore la toute récente Ingénierie en efficience énergétique). «C’est un signe de confiance de la part des entreprises qui nous choisissent. Aujourd’hui, en matière de recrutement, elles n’ont plus le droit à l’erreur. Elles savent quand elles passent chez nous qu’elles trouveront des personnes adaptées à leurs besoins.»

Ancrage territorial

Une bonne nouvelle pour le Cnam mais également un indicateur positif prouvant que les entreprises lorraines (re) jouent apparemment la carte de l’alternance et de l’apprentissage comme un genre d’anticipation de la marche conjoncturelle à venir. Une conjoncture loin d’être simple entraînant le Cnam a une adaptation continue. «Les modes de vie change, les besoins également. Nous adaptions sans cesse notre offre pour qu’elle soit le plus en adéquation possible avec la demande réelle du marché.» L’ancrage territorial (avec neuf implantations physiques en centres de formation et des partenariats liés avec d’autres structures permettant d’intervenir dans presque toutes les portions du territoire régional lors d’une demande de formation) ou encore l’ouverture amplifiée vers la Grande Région (voir encadré), sont autant de lignes directrices que le Cnam Lorraine suit. Une stratégie indispensable à l’aube de l’entrée en vigueur des décrets d’application de la réforme de la formation professionnelle en janvier prochain. «Chaque euro dépensé se fera alors dans un souci d’efficience maximale pour assurer notamment la réemployabilité immédiate des personnes.» Dans cette logique, la mission de service public du Cnam ne pourra, en toute logique, qu’être renforcée… et c’est tant mieux !

Grande Région : de la dynamique

Une licence Comptabilité-Paie, une autre Gestion des PME-PMI, une troisième sur la Psychologie du travail ou encore un MBA (Master of Business Administration) en cours de finalisation. Ces quatre formations du Cnam vont être dispensées sur le territoire même du Grand-Duché de Luxembourg. Une nouvelle étape dans l’orientation d’ouverture vers la Grande Région opérée par le Cnam Lorraine à l’image des partenariats déjà mis en place avec la Sarre.