Industrie: Wanted : apprentis

200 postes d’apprentis à pourvoir dans l’industrie en Lorraine sud (Meurthe-et-Moselle, Meuse et Vosges), dont 40 dans les Vosges. C’est le message que le Pôle de formation des industries technologiques de Saint- Dié a fait passer haut et fort lors d’un point presse le 26 août dernier.

377

Le constat de départ est le suivant : d’ici 2020 en France, les industries métallurgiques devraient recruter 80 000 à 100 000 personnes par an. En cause, les nombreux départs à la retraite à venir dans l’industrie française, ainsi qu’un besoin permanent de nouvelles compétences pour s’adapter à l’innovation. Or, le hic n’est pas nouveau, l’industrie ne trouve pas d’apprentis. «Elle est victime des clichés d’une part, et d’autre part les formations qu’elle propose ne sont pas promues par le système scolaire», analyse Pierre Becker, président de l’Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie des Vosges et président de PTP Industry. Rémy et Florian, apprentis respectivement chez M2P et PTP Industry, confirment. «C’est mon père, qui travaille déjà dans l’industrie, qui m’a appris que l’apprentissage existait», raconte le premier. Le second acquiesce : «au lycée personne ne m’a jamais parlé de cette voie. C’est la mission locale qui m’a orienté vers un BTS en apprentissage.»

Mauvaise réputation
«Parfois ce sont même les parents qui freinent !», se désole Daniel Hugnin, gérant de M2P. «Une fois, j’ai fait visiter mon entreprise à un jeune très motivé. Il était accompagné de sa mère. Très réticente, elle n’arrêtait pas de critiquer le projet de son fils… Je ne les ai jamais revus.» Une attitude parentale étonnante, quand on sait que 9 jeunes sur 10 obtiennent leur diplôme dans cette filière, et que plus de 80 % signent un CDI dans les 6 mois…