Histoires d’eau pour artisans à Nancy

Le premier colloque national consacré aux substances dangereuses pour l’eau dans les métiers de l’artisanat s’est déroulé du 29 au 30 octobre à Nancy. Un effort de sensibilisation plus que nécessaire.

340
Le 1er colloque sur les substances dangereuses pour l’eau vient d’être organisé à Nancy fin octobre.
Le 1er colloque sur les substances dangereuses pour l’eau vient d’être organisé à Nancy fin octobre.
Le 1er colloque sur les substances dangereuses pour l’eau vient d’être organisé à Nancy fin octobre.
Le 1er colloque sur les substances dangereuses pour l’eau vient d’être organisé à Nancy fin octobre.

Coiffeurs, garagistes, professionnels du BTP… tous pollueurs (comme tout le monde d’ailleurs) sans vraiment le savoir. «L’artisanat est un des émetteurs de substances plus ou moins toxiques dans l’eau. Il est nécessaire d’améliorer la connaissance de ces substances.» Dixit Paul Lallemand, élu à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Meurthe-et-Moselle à l’occasion du premier colloque national «Substances dangereuses pour l’eau : artisans et collectivités, un défi commun» organisé à Nancy avec les Agences de l’Eau et le Cnidep (Centre national d’innovation pour le développement durable et l’environnement dans les petites entreprises).

Substances interdites

Le renforcement de la réglementation européenne entraîne les artisans et les collectivités locales à prendre réellement en compte l’impact des substances rejetées dans les eaux usées avant leur arrivée en stations d’épuration. «Les métaux lourds, les pesticides sont encore très nombreux. Depuis que nous réalisons des contrôles à la sortie des stations d’épuration, certaines substances dangereuses pourtant interdites sont toujours présentes», constate une représentante du ministère de l’Environnement. C’est certain, la sensibilisation est nécessaire surtout «que les outils d’accompagnement existent, il faut juste que l’artisan soit volontaire dans cette démarche.» Des artisans volontaires comme Christophe Abel de La Belle Peinture, qui a équipé son entreprise d’une machine spécifique pour nettoyer les pinceaux. Un exemple à suivre de gestes verts que tout un chacun peut réaliser. Reste juste à en prendre réellement conscience… avant que la législation et la réglementation s’en chargent.