Brume conjoncturelle persistante

Une industrie qui se contracte, des services marchands jugés stables, la dernière note conjoncturelle de l’année de la Banque de France se solde par une brume tenace.

357
La brume conjoncturelle est toujours tenace à la lecture de l’enquête de la Banque de France.
La brume conjoncturelle est toujours tenace à la lecture de l’enquête de la Banque de France.
La brume conjoncturelle est toujours tenace à la lecture de l’enquête de la Banque de France.
La brume conjoncturelle est toujours tenace à la lecture de l’enquête de la Banque de France.

Rien de nouveau sous le soleil… enfin plutôt la brume conjoncturelle en Lorraine. Nouveau repli de l’activité industrielle «après deux mois positifs, elle se contracte dans la plupart des branches», assure la Banque de France. Seule l’automobile sort un peu la tête de l’eau «en bénéficiant d’une accélération de ses rythmes de production.» Côté prévisions à court terme «elles devraient de nouveau faiblir ainsi que dans la fabrication d’autres produits industriels». Côté Services : «la tendance générale affiche une augmentation modérée et les perspectives sont étalées en termes de volumes d’affaires et une diminution tarifaire est parfois envisagée.» Diminution tarifaire… le terme est lancé corroborant l’indice de prix à la consommation publié par l’Insee la semaine dernière. Une nouvelle baisse qui laisse planer le spectre de la déflation. Pour certains, ce sont les prémices d’un véritable scénario catastrophe.