Edito

Ça sent le sapin…

D’un coup, d’un seul, la magie de Noël et des fêtes de fin d’année nous tombe dessus un peu partout ! Chalets, guirlandes, illuminations en tous genres en jettent un maximum (avec tout de même beaucoup de mesures et un budget adapté pour les collectivités) aux quatre coins de la Lorraine. Dans l’air, il y […]

D’un coup, d’un seul, la magie de Noël et des fêtes de fin d’année nous tombe dessus un peu partout ! Chalets, guirlandes, illuminations en tous genres en jettent un maximum (avec tout de même beaucoup de mesures et un budget adapté pour les collectivités) aux quatre coins de la Lorraine. Dans l’air, il y a comme un parfum d’hiver, de feu de bois, de cannelle, de vin chaud et, on le souhaite fort pour les Vosgiens et les professionnels du tourisme, de neige fraîchement tombée. Une trêve se profile, s’installe, la fameuse trêve de Noël. Bah ! Il faudra attendre encore un peu car à J moins une petite vingtaine de jours cela a été de nouveau mobilisation générale et pas des moindres. Pour la première fois depuis quinze ans, une semaine de mobilisation du monde patronal s’est opérée un peu partout dans l’Hexagone. Medef, CGPME et UPA tous vent debout face aux réglementations, aux impôts avec en ligne de mire le compte pénibilité, la nouvelle norme des 24 heures pour les temps partiels (point négocié par le patronat et les syndicats en janvier 2013 mais aujourd’hui jugé trop contraignant pour les chefs d’entreprise) et surtout la loi Hamon obligeant les dirigeants à informer les salariés en cas de cession d’une société sous peine d’annulation de la vente. Défilés à Paris, Toulouse et assemblées générales publiques dans pas moins d’une quinzaine de villes de France. Rien à voir avec les défilés du saint patron des Lorrains Saint Nicolas, car il n’y a pas eu vraiment de retraite aux flambeaux pour le patronat. Si rien ne bouge, à entendre les différentes instances patronales, il apparaît certain que cela sente fortement le sapin dans les mois à venir pour bon nombre d’entreprises…à moins que la magie de Noël ne s’opère.