Ils ne lâchent rien…

Après une semaine de mobilisation bien suivie et renforcée par celle des professions réglementées, l’univers patronal n’entend pas s’arrêter là pour faire ressentir son «ras-le-bol» généralisé. Les CGPME des quatre départements lorrains viennent d’ailleurs d’envoyer une lettre aux différents élus et responsables politiques régionaux.

367
Après une semaine de mobilisation, les CGPME de Lorraine entendent continuer le «combat».
Après une semaine de mobilisation, les CGPME de Lorraine entendent continuer le «combat».
Après une semaine de mobilisation, les CGPME de Lorraine entendent continuer le «combat».
Après une semaine de mobilisation, les CGPME de Lorraine entendent continuer le «combat».

Manifester, c’est bien… mais après ? Et bien pas grand chose pour le patronat. La loi Macron censée «déverrouiller l’économie» entraîne surtout la colère et la montée au créneau des professions réglementées.

Lettre aux politiques

Notaires, huissiers de justice et autres greffiers de tribunaux de commerce ont défilé à Paris le 10 décembre et c’est l’ensemble du monde patronal et des entrepreneurs qui devraient en remettre une couche le 22 janvier prochain, date à laquelle le projet de loi sera examiné à l’Assemblée nationale. Pas de trêve de Noël annoncée en Lorraine, notamment, de la part des quatre CGPME (Confédération générale des petites et moyennes entreprises). «Il est urgent de prendre la mesure de la réalité du terrain, de donner un cap à la politique française, d’arrêter les effets d’annonces et d’agir», assurent à l’unisson les présidents des CGPME de la région dans une lettre adressée aux élus et responsables politiques lorrains. «Les PME de Lorraine sont déterminées à se battre car elles veulent un avenir. Leurs dirigeants prennent tous les jours des risques sur leurs propres fonds pour les faire fonctionner. Ils veulent et doivent être entendus.» Reste à savoir s’ils le seront mais aujourd’hui on n’est pas loin de l’ultimatum. 2015 s’annonce déjà chaud.