Edito

Changement de climat…

L’année 2015 sera climatique ou pas ! En ces temps mouvementés où cela s’échauffe un peu partout dans les chaumières et dans les esprits, c’est la planète tout entière qui se réchauffe au sens premier du terme. L’agence météorologique japonaise a annoncé au début du mois que 2014 se hisse au premier rang des années […]

344

L’année 2015 sera climatique ou pas ! En ces temps mouvementés où cela s’échauffe un peu partout dans les chaumières et dans les esprits, c’est la planète tout entière qui se réchauffe au sens premier du terme. L’agence météorologique japonaise a annoncé au début du mois que 2014 se hisse au premier rang des années les plus chaudes depuis 1890. Météo France constate également la même chose dans l’Hexagone. La principale raison : le réchauffement atmosphérique provoqué par l’élévation de la teneur en gaz à effet de serre. La lutte contre les émissions nuisibles de CO2 n’est pas nouvelle et la recherche permanente d’énergies alternatives est bien réelle et son business aussi. La dernière édition du Salon pour les Économies d’Énergies à Metz mi-janvier et de son grand frère vosgien, Planète et Énergie annoncé cette semaine à Épinal, sont là pour le confirmer. Reste que cet engouement énergétique alternatif entraîne l’inévitable question de la réelle limitation de la casse climatique. D’après certaines études scientifiques, la limitation de l’utilisation des énergies fossiles (gaz, pétrole, charbon) n’est pas suffisante. Il faudrait, pour maintenir les objectifs fixés par l’accord de Copenhague sur le climat de 2009 : de ne pas dépasser les 2°C de réchauffement de la planète, de se priver de 80 % du charbon connu, de la moitié du gaz et du tiers du pétrole jusqu’en 2050. À côté du changement climatique, c’est un véritable big-bang de l’économie de marché et des relations internationales qui semblent nécessaires. Comme dans bon nombre de domaines, il est temps de regarder les choses en face que de continuer à regarder ailleurs. Le changement climatique est en marche depuis longtemps, celui des mentalités et comportements se doit aujourd’hui de lui emboîter le pas rapidement.