Industrie

Essilor voit toujours plus loin…

Opérationnel depuis le mois de juillet, le SL Lab (Special Lenses Laboratory) d’Essilor, leader mondial de la conception et de la distribution de verres correcteurs, monte en puissance sur le site historique meusien du groupe «Les Battants» à Ligny-en-Barrois. Cette nouvelle plate-forme de production de verres spéciaux et complexes s’affiche comme le nerf optique du développement de l’entreprise hexagonale. Près de 90 personnes travaillent dans cette unité spéciale alliant savoir-faire ancestral et technologies innovantes.

437
Le «verre record » de -104 dioptries a été réalisé pour un patient slovaque au début du mois.
Le «verre record » de -104 dioptries a été réalisé pour un patient slovaque au début du mois.
Ludovic Mathieu, directeur général d’Essilor France: «Les verres complexes demeurent notre spécialité»
Ludovic Mathieu, directeur général d’Essilor France: «Les verres complexes demeurent notre spécialité»

Le geste est fin, précis, méticuleux et technique. L’intelligence de la main prend ici toute sa signification. Bienvenue au cœur du SL Lab (Special Lenses Laboratory) d’Essilor sur le site historique de l’entreprise «Les Battants» à Ligny-en-Barrois. C’est en Meuse que le groupe international a décidé d’installer sa nouvelle plateforme internationale de production de verres dits spéciaux. «Notre spécialité a toujours été les verres complexes. Ces verres ophtalmiques spéciaux sont des produits rares, dotés de puissances hors normes et réalisés sur mesure», assure Ludovic Mathieu, le directeur général d’Essilor France à l’occasion d’une visite Presse le 19 janvier. La lutte contre les troubles de la vue hors normes s’affiche comme le leitmotiv du groupe.

Production doublée en 2017…

«En France, près de 60 000 personnes sont atteintes de troubles de la vue hors normes souffrant ainsi de dépendance visuelle au quotidien. Elles sont plus de 500 000 en Europe. Redonner à chacun le meilleur de sa vision est à la fois une ambition et une responsabilité pour Essilor. C’est pourquoi nous avons voulu faire du SL Lab, le laboratoire européen de l’excellence et du savoir-faire en matière de verres spéciaux et de verres complexes.» Le SL Lab est opérationnel depuis le début du mois de juillet et ce sont près de 90 personnes formées en interne qui officient dans ce secteur porteur de l’optique ophtalmique. «C’est en alliant l’expertise du site des Battants dans les métiers traditionnels d’artisan verrier aux technologies de pointe, développées dans notre centre Innovation et Technologie récemment inauguré à Créteil que nous avons mis au point ces verres sur mesure pour le marché français et européen.» 120 verres de ce type sortent quotidiennement du SL Lab (un laboratoire qui a nécessité un investissement de 300 000 euros). «Nous envisageons de multiplier cette activité de production de verres spéciaux par deux d’ici 2017», assure Stanislas Poussin, le responsable des activités verres spéciaux à l’international du groupe. Le SL Lab s’affiche comme une pièce maîtresse dans la stratégie de développement d’Essilor, et son implantation en Meuse ne peut qu’être qu’une bonne chose pour l’économie régionale. Bien vu !

Le verre de tous les records…

Le «verre record » de -104 dioptries a été réalisé pour un patient slovaque au début du mois.
Le «verre record » de -104 dioptries a été réalisé pour un patient slovaque au début du mois.

Moins 104 dioptries ! Un record quasi absolu battu au début du mois par les équipes du SL Lab d’Essilor. «Ce verre a été conçu pour un patient slovaque qui nous a rencontré durant la Journée mondiale de la vue. Il nous a demandé s’il était possible de faire quelque chose pour son handicap visuel, nous avons essayé et cela a fonctionné», assure Stanislas Poussin, responsable des activités verres spéciaux à l’international. Le précédent verre record élaboré par Essilor affichait les -76 dioptries.