Positif mais surtout attentif…

Un peu d’optimisme cela ne fait pas de mal en ce début d’année. C’est sous ce signe qu’Étienne Malher, le président de la CGPME (Confédération générale des petites et moyennes entreprises) de Meurthe-et-Moselle, a souhaité placer ses vœux le 6 janvier à Vandœuvre.

362
«Des points positifs de conjoncture sont présents», assure Étienne Malher, le président de la CGPME 54.
«Des points positifs de conjoncture sont présents», assure Étienne Malher, le président de la CGPME 54.
«Des points positifs de conjoncture sont présents», assure Étienne Malher, le président de la CGPME 54.
«Des points positifs de conjoncture sont présents», assure Étienne Malher, le président de la CGPME 54.

Baisse du prix du pétrole. Baisse de l’euro et des taux d’intérêt relativement bas. Des points de conjoncture jugés positifs par Étienne Malher, le président de la CGPME 54. «Si l’on nous avait dit cela il y a deux mois, nous ne l’aurions pas cru», assure le président de la confédération avant d’accueillir ses troupes au restaurant «Restaurabelle» sur le technopôle de Brabois à Vandoeuvre pour la traditionnelle cérémonie des vœux. Des vœux presque sous le signe de l’optimisme, cela change.

Peser un peu plus

Ces indicateurs sont ce qu’ils sont, cela ne va sûrement pas durer. Vous prenez la baisse du prix du pétrole, c’est de l’argent directement réinjecté dans l’économie réelle par les ménages. C’est bon à prendre pour les PME.» Ces PME ont vécu une année 2014 plus que délicate se traduisant «par une forte mobilisation de nos troupes fin décembre à l’occasion de la semaine de mobilisation des entreprises.» La mobilisation est toujours présente et le mode attentif demeure activé. La raison? «Les deux grands chantiers que sont la réforme de la fiscalité et celle du droit du travail sont toujours à mettre réellement en œuvre.» Le compte pénibilité, entré en vigueur au début du mois, ne semble pas vraiment aller dans le bon sens pour la CGPME (et les autres fédérations dans leur grande majorité). Sur la Loi Macron, Étienne Malher demeure prudent : «sincèrement je ne me suis pas réellement penché dessus. J’espère juste que les mesures envisagées seront bénéfiques aux PME.» Avec ses 200 adhérents, la CGPME 54 entend monter en puissance en termes de représentativité histoire de peser face aux décideurs politiques.