Sécurité Renforcement du dispositif Vigipirate en Moselle

Suite aux attaques du 7 janvier à Paris, le niveau «vigilance renforcée» du plan Vigipirate est maintenu en Moselle. Les mesures de surveillance appliquées pour les fêtes de fin d’année et les soldes 2015 ont été renforcées pour les installations et lieux publics «sensibles» : grands magasins et centres commerciaux, lieux de culte et écoles […]

316

Suite aux attaques du 7 janvier à Paris, le niveau «vigilance renforcée» du plan Vigipirate est maintenu en Moselle. Les mesures de surveillance appliquées pour les fêtes de fin d’année et les soldes 2015 ont été renforcées pour les installations et lieux publics «sensibles» : grands magasins et centres commerciaux, lieux de culte et écoles confessionnelles, zones publiques de transports ou encore organes de presse. En Moselle plus de 130 patrouilles sont effectuées tous les jours autour de ces lieux, mobilisant 450 policiers supplémentaires. À noter également que dans le Grand Est, 65 sites sont surveillés par l’armée.

Emploi
Walygator en quête de saisonniers
Alors qu’il a comptabilisé 458 936 entrées pour la saison précédente, le parc de loisirs situé à Maizières-lès-Metz prépare la suivante. Le 7 février, ce sont pas moins de 300 postes de saisonniers qui seront à pourvoir durant une vaste journée de recrutement planifié par le parc. Les emplois sont nombreux pour le faire fonctionner, lui et ses 60 attractions, spectacles, animations et nocturnes. L’année dernière, ils étaient près de 2 000 candidats, un record. Sera-t-il battu cette année ? Walygator devrait ouvrir ses portes au mois d’avril 2015.

Industrie
Itec – Lorraine enfin sur les rails ?
Le projet de création d’une base logistique sino-européenne à Illange avait été annoncé en fanfare le 27 février 2012 par le département, propriétaire du terrain. Depuis, le début du vaste chantier pour construire les 230 000 m2 devant accueillir les sièges sociaux de 2 000 entreprises chinoises a été repoussé jusqu’à (presque) mettre fin aux espoirs de créations d’emplois promis (près de 3 000). Cependant, selon nos confrères de Correspondances lorraines, le lancement du projet serait maintenant bien acté. La Moselle va-t-elle encore voir son grand bond en avant repoussé ?

Services
Sortie de route pour les drives
La concurrence est rude dans la grande distribution et les drives ne font pas exception. Chronodrive, propriété du groupe Auchan, a en effet annoncé le 27 novembre 2014 vouloir fermer pas moins de 14 de ses sites, parmi eux, les structures de Marly et Manom en Moselle, menaçant leurs 26 salariés. Les sites devraient fermer mi-février et leur personnel bénéficier d’un reclassement au sein du groupe Auchan ou en dehors, d’après nos confrères du Républicain Lorrain.

Énergie
Ultime tour de piste pour la centrale EDF de La Maxe
Le 9 avril, la centrale EDF de La Maxe fermera ses deux unités de production de charbon. D’une puissance de 250 mégawatts chacune, elles ont été mises en service en 1971 et ont produit près de 1,3 milliard de kWh en 2009 (soit l’équivalent de 1,5 fois la consommation de l’agglomération messine en un an). Le démontage pourrait prendre une décennie mais dès l’année dernière, EDF a annoncé un investissement de 3,7 millions d’euros pour reconvertir le site. En effet, un bâtiment aux normes HQE (haute qualité environnementale) est en construction et devrait bientôt héberger les effectifs de l’Agence de maintenance thermique Est (140 techniciens).

Tourisme
Nouvelle édition du Petit Futé Metz
L’édition Metz de la collection City- Guides du célèbre guide touristique a été actualisée. Fidèle à sa vocation pratique et informative, le Petit Futé Metz s’adresse aussi bien aux habitants qu’aux visiteurs de passage. Adresses pour se restaurer, se loger ou se cultiver, peuplent les 336 pages du guide. Contre l’achat du format papier, jusqu’au 31 décembre 2015, le Petit Futé offre sa version numérique en téléchargement sur smartphone, tablette, liseuse ou ordinateur PC/Mac.

Logement
La chapelle d’Ars-sur-Moselle détruite
Annoncée lors du dernier conseil municipal de 2014 par le maire en personne, la démolition de cet édifice religieux construit entre 1865 et 1867 semble acquise. Le site ne sera pas reconverti en lieu culturel, comme cela avait été envisagé dans un premier temps. Coûtant trop cher à entretenir ou à reconvertir selon la municipalité, le bâtiment sera détruit pour laisser la place à un ensemble immobilier. Ainsi, le terrain de dix hectares accueillera vingt logements.