Match délicat à Picot…

Avec un «Un but, un emploi» le 5 mars, le stade Marcel Picot de l’ASNL à Tomblaine s’est mué en plateforme de mise en relation entre demandeurs d’emploi et entreprises recruteuses. La manifestation a fait le plein, preuve que la situation de l’emploi est de plus en plus préoccupante. Une situation toujours paradoxale où l’inadéquation entre les besoins réels des entreprises et l’offre présente est toujours mise en avant.

385
Les stands n’ont pas désempli à l’occasion de l’opération «Un but, un emploi» le 5 mars au stade Marcel Picot.
Les stands n’ont pas désempli à l’occasion de l’opération «Un but, un emploi» le 5 mars au stade Marcel Picot.
Les stands n’ont pas désempli à l’occasion de l’opération «Un but, un emploi» le 5 mars au stade Marcel Picot.
Les stands n’ont pas désempli à l’occasion de l’opération «Un but, un emploi» le 5 mars au stade Marcel Picot.

La queue était immense dès l’ouverture des portes puis s’est étioler tout au long de la journée. «Ce n’est pas forcément bon signe de voir autant de monde. Cela démontre que la situation est de plus en plus délicate», assure une responsable de Pôle Emploi Lorraine. Cette marée humaine, composée pour la quasi-majorité de demandeurs d’emploi, espère beaucoup de la manifestation «Un but, un emploi» au stade Marcel Picot de Tomblaine. Une réponse, un peu différente dans la mise en relation entre entreprises et demandeurs d’emploi.

Situation paradoxale

L’ASNL, l’agence de travail temporaire DLSI, l’Adie (Association pour le droit à l’initiative économique) et Pôle Emploi Lorraine, les pilotes de l’événement (entrant dans le cadre de l’opération «Supporters de l’emploi», un partenariat original entre le football professionnel et la Françaises Jeux), ont mis leurs forces et leurs compétences pour attirer une cinquantaine d’entreprises à la recherche de collaborateurs. «C’est toujours la même chose et c’est toujours aussi paradoxal. Nous avons toujours cette inadéquation entre l’offre et la demande réelle des entreprises», constate Christian Sanfilippo, le directeur régional adjoint de Pôle Emploi Lorraine. Dans les allées des salons du stade, les stands n’ont pas désengorgé dans une ambiance un peu plus détendues que dans les salons et forums de l’emploi traditionnels. «Le lieu y fait beaucoup ! Cela désacralise un peu l’objectif réel du forum.» Un objectif qui reste le même : tenter de créer de nouveaux réseaux et leviers pour les demandeurs d’emploi. Vu le climat conjoncturel et l’évolution du marché de l’emploi, il est fort à parier que cette manifestation reviendra l’année prochaine avec un succès que l’on aimerait moindre…