Concept Store 3D

une technologie avancée comme commerce de proximité

Selon le cabinet d’études Canalys, le marché de l’impression 3D atteindra 14,2 milliards d’euros en 2018. Fer de lance de la nouvelle révolution industrielle annoncée, une boutique à Metz propose de rendre cette innovation accessible à tous, particuliers comme professionnels.

430
Les locaux de la boutique, qui souhaite rendre accessible à tous la technologie d'impression 3D.
Les locaux de la boutique, qui souhaite rendre accessible à tous la technologie d'impression 3D.
L'équipe dynamique de Concept Store 3D : Jean Mazenod (à gauche) et Dave Lajoie (à droite).
L'équipe dynamique de Concept Store 3D : Jean Mazenod (à gauche) et Dave Lajoie (à droite).

Bien que situé rue de la Fontaine, Concept Store 3D est loin d’être une fable. Cette boutique originale propose en un seul et même lieu des services d’impression 3D, de la vente et de la location de matériels ainsi que des ateliers découverte. «Le déclic m’est venu en lisant un article sur Fedex. L’entreprise équipait ses bureaux de New York et Los Angeles d’imprimantes 3D pour recréer des objets sur place et ne transporter que les fichiers pour les modéliser» raconte Dave Lajoie, 39 ans, co-fondateur et co-gérant de Concept Store 3D. Très intéressé par cette innovation, il se lance en octobre 2014 avec son ami et associé Jean Mazenod. Achetant leurs machines «au compte-gouttes», le duo de passionnés rencontre un certain scepticisme devant leur projet innovant. «Nous savions qu’il existait beaucoup de choses sur Internet, mais rien ayant pignon sur rue. Quitte à se lancer, autant le faire les premiers !» relate Dave Lajoie.

Un retour aux sources

À l’origine c’est une équipe composée d’Alain Le Méhauté (Alcatel), Olivier De Witte (Cilas) et du Lorrain Jean-Claude André (CNRS) qui ont breveté cette technologie d’impression 3D dès 1984. Alcatel et Cilas abandonneront malheureusement l’invention faute d’identifier son potentiel. Cependant, Jean-Claude André a vu son travail reconnu et vient d’être reçu en février à l’Académie lorraine des sciences. «Nous voulons avant tout mettre cette technologie à la portée de tous, à la manière du cordonnier du coin de la rue» souligne Dave Lajoie. L’imprimante permet de recréer une pièce abîmée et/ou introuvable, luttant ainsi contre l’obsolescence programmée de certains appareils et permettant d’importantes économies d’énergies. En effet, avec aucun transport et très peu de matériel utilisé, l’impression 3D fait figure de moyen de production particulièrement écologique.

Démystifier une technologie innovante

Les locaux de la boutique, qui souhaite rendre accessible à tous la technologie d'impression 3D.
Les locaux de la boutique, qui souhaite rendre accessible à tous la technologie d'impression 3D.

«Nous ne souhaitions pas faire une boutique pour les «geeks» mais un lieu physique dans lequel chacun peut faire faire ce dont il a besoin» raconte l’entrepreneur. En effet, la société peut modéliser une pièce ou un objet qu’on lui amène pour mieux le recréer, en 48 heures maximum. Proposant également du matériel à la vente, ces imprimantes 3D «Plug and Play» sont très faciles d’utilisation. «Inutile de surfer des heures sur les forums d’experts pour utiliser votre machine, vous la sortez du carton et elle est opérationnelle» souligne Dave Lajoie, rajoutant que «nous proposons un accompagnement efficace et réactif.»

Un concept tourné vers l’avenir

La boutique a su miser sur la curiosité des particuliers, qui utilisent de plus en plus ses services d’impression. «Nous souhaitons à présent nous développer auprès des professionnels, sur des événements comme des salons par exemple» révèle l’entrepreneur, qui n’exclut pas de se dupliquer… dans d’autres locaux.